Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Du côté de chez nous (la belle vie à la campagne) : sur A l'angle du renard de Fabienne Juhel et Samedi soir et des poussières de Dominique Périchon - une lecture critique de Stéphane

5 Mai 2009, 22:46pm

Publié par Seren Dipity

Deux romans chez les ploucs. Doux amers. Ça sent le cul-terreux et les beaufs mais, les pieds dans la terre et la tête dans les étoiles, c'est drôlement attachant.

A L'Angle du Renard, de Fabienne Juhel (Ed. du Rouergue)
Samedi soir et des poussières, Dominique Périchon (Ed. Le Dilettante)

Évidemment (faut-il encore une fois le souligner?) tout est dans l'écriture, dans le ton, dans la petite musique comme dirait Louis-Ferdinand. S'agit pas que de l'histoire, parce que s'il n'y avait que ça, on ne lirait pas autant de livres, hein? Souvenez nous de cette phrase du Père Roland, "Faut relire pour éviter de lire partout la même histoire"
C'est l'idée.
Bref.
Périchon nous emmène dans les night clubs (que personne n'appelle night club d'ailleurs, remarque-t-il, très justement), boule à facettes et fringues classes de rigueur. Une histoire de couple, évidemment, avec un Travolta et une Cendrillon. Méchant et juste, l'avant coup de minuit, est idyllique et drôle. Passé les douze coups, vient le réveil : la vie, les mômes, le boulot. La tête n'est plus dans les étoiles. Elle est ailleurs, forcément là-bas -le superlatif d'ici comme disait Baudelaire.
C'est poétique, tendre, drôle et cruel. C'est au Dilettante. http://www.ledilettante.com/entretien-video.asp?Id=84

A l'Angle du Renard est tout aussi poétique. Mais la différence -de taille- est dans le type de narration. A la première personne : tout est vu, dit, raconté par Arsène. Arsène Le Rigoleur, c'est son nom. Vieil ours paysan, drôle de renard aussi. J'ai beaucoup aimé L'Atelier d'écriture de Chefdeville, pour son art de cribler son texte d'uppercuts langagiers (CLASSE ICONONIQUE (amis bien-pensants, passez votre chemin!)  ): ici, c'est la version campagnarde. On est dans la Bretagne du terroir et de la légende du renard, intimement liée à l'histoire de la famille Le Rigoleur. Le personnage d'Arsène est tout en tendresse et rudesse, bon sens aux ras des pâquerettes, le cynisme du vieux garçon en plus. Il est rigolo le Rigoleur même s'il dit le contraire. Mais rapidement, avec la découverte lente d'un passé terrifiant, le personnage devient plus inquiétant qu'attachant.
Méfiez vous de l'ours, il cache parfois un renard. Une vraie, bonne découverte.


Signé Stéphane.

Commenter cet article