Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Brothers in arms* : sur Trompe-la-mort de Jean-Michel Guenassia - une lecture critique de Pierre

30 Janvier 2015, 09:45am

Publié par Seren Dipity

Tom Larch est le fils d’une indienne et d’un anglais, né à New Delhi, il rentre avec ses parents sur Londres fin mars 1980. Sa vie change du tout au tout, ni vraiment anglais ni vraiment indien, il s’adapte avec l’aide de ses nouveaux amis à un monde...

Lire la suite

Douce France* : sur Un faux pas dans la vie d'Emma Picard de Mathieu Belezi - une lecture critique de Stéphane

23 Janvier 2015, 09:45am

Publié par Seren Dipity

Contrairement à ce que vous lirez un peu partout, la vraie bombe littéraire de la rentrée de l'hiver 2015, chez Flammarion, n'est pas Soumission de Michel Houellebecq (dont on reparlera sans doute ici puisque nous sommes quelques uns à l'avoir lu) mais...

Lire la suite

Etoiles filantes : sur Dead Stars de Bruce Wagner - une lecture critique de Dominique

18 Janvier 2015, 16:15pm

Publié par Seren Dipity

De la même manière qu'il y a trente ans, Brett Easton Ellis décrivait de façon magistrale l'ennui, le sexe et la drogue vécus par la jeunesse dorée de Californie ( Moins que zéro ), Bruce Wagner dans son dernier livre nous happe et nous emmène dans les...

Lire la suite

Prix Landerneau 2015 : les finalistes !

15 Janvier 2015, 08:00am

Publié par Seren Dipity

Après deux mois de lectures intensives, les finalistes choisis par les libraires du jury du Prix Landerneau viennent d'être révélés : Prix Landerneau ROMAN Mathieu Belezi, Un faux pas dans la vie d'Emma Picard (Flammarion) Philippe Besson, Vivre Vite...

Lire la suite

New kid in town* : sur Vivre vite de Philippe Besson - une lecture critique de Stéphane

14 Janvier 2015, 11:33am

Publié par Seren Dipity

Pour évoquer le mythe James Dean, Philippe Besson convoque tous ceux qui l'ont approché. Ca débute comme ça : "Je suis morte le 14 juillet 1940, Jimmy avait neuf ans. " C'est Mildred Dean, la mère de James qui ouvre le bal. Que le roman s'ouvre sur une...

Lire la suite