Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Our house : sur La Grande Maison de Nicole Krauss - une lecture critique de Gaëlig

30 Mai 2011, 21:50pm

Publié par Seren Dipity

Deuxième papier sur La Grande Mai son . Peut-être pas le dernier puisque je suis en train de l'écouter... Un très grand livre, assurément ! D’une certaine manière (la plus superficielle, évidente tout d’abord), c’est un bureau qui relie les différents...

Lire la suite

La festa du roman italien : sur La Fête du Siècle de Niccolo Ammaniti et Terrain vague de Veronesi - une lecture critique de Stéphane

27 Mai 2011, 14:32pm

Publié par Seren Dipity

L'an dernier est sorti le nouveau roman de Veronesi. Mais j'avais été partiellement déçu de ne pas revivre un tel bonheur de lecture provoqué par Chaos Calme . J'avais, malgré tout, commencé un papier que je n'ai jamais réussi à finir. Voici ce que j'avais...

Lire la suite

Jusqu'à ce que la mort nous sépare : sur L'amour dure plus qu'une vie d' Ann Brashares

26 Mai 2011, 23:26pm

Publié par Seren Dipity

Voilà un titre qui en dit long pour les grandes romantiques telles que moi! On entend dire depuis longtemps qu'une âme peut vivre plusieurs vies et donc changer d'enveloppe corporelle si celle-ci meurt. Dans ce roman, il est donc question de vies antérieures...

Lire la suite

A bout de souffle : sur Terrienne de Jean-Claude Mourlevat

24 Mai 2011, 22:45pm

Publié par Seren Dipity

Imaginez une petite route départementale dans les environs de Montbrison. De la brume matinale ne se dégage qu’une indication : « Campagne, 3,5 km ». S’il vous prend l’envie de suivre ce panneau, ne vous méprenez pas : Campagne n’est pas une ville comme...

Lire la suite

Et pour quelques shillings de plus : sur Un Libraire en colère d'Emmanuel Delhomme - une lecture critique de Stéphane

21 Mai 2011, 13:42pm

Publié par Seren Dipity

C'est un western. L'homme s'avance au milieu d'un désert. Il est seul et, en face, ils sont nombreux et armés. Ce n'est qu'une mauvaise imitation d'un excellent western. Le désert, ce sont les Champs-Elysées. Le "ILS" ce sont les centaines de badauds...

Lire la suite

The show must go on ! : sur L'Ange aux ailes de cristal de Dominique Rebourg

20 Mai 2011, 21:45pm

Publié par Seren Dipity

Imaginez que vous êtes un danseur étoile, mondialement connu, avec une carrière qui attise toutes les convoitises, que vous séduisiez les femmes et les hommes...Vous êtes perfectionniste et égocentrique et rien d'autre ne compte à vos yeux que la danse!...

Lire la suite

The streets of Philadelphia* : sur L'Indien Blanc de Craig Johnson + Howard McCord - une lecture critique de Stéphane

17 Mai 2011, 22:35pm

Publié par Seren Dipity

Quand notre viel ami le shérif Walter Longmire quitte son Wyoming natal, c'est pour se rendre dans la Cité de l'Amour, Philadelphie. Il accompagne Henry Standing Bear pour une expo. Et il doit y rencontrer le jules de sa fille Cady, brillante avocate....

Lire la suite

Everybody's kung fu fighting : sur Les Neuf Dragons de Michael Connelly - une lecture critique de Stéphane

15 Mai 2011, 11:24am

Publié par Seren Dipity

Rappelez-vous, il y a 20 ans, quand Wayne Campbell, le Wayne de Wayne's World, abordait pour la première fois sa delicieuse Cassandra (Tia Carrere), il n'avait pas trouvé mieux que de donner en référence cette chanson de Carl Douglas, ( >>> ici <<< )...

Lire la suite

Carry that weight : sur A Propos de courage de Tim O'Brien - une lecture critique de Stéphane

9 Mai 2011, 22:46pm

Publié par Seren Dipity

Au départ je voulais mettre Martha my dear comme titre (à cause d'une Martha dans une des histoires du livre), et, en fait, c'est bien une autre chanson des Beatles qui s'impose. Le titre original de A Propos de courage est The Things they carried . D'ailleurs,...

Lire la suite

Cargo de nuit : sur La Grande Maison de Nicole Krauss - une lecture critique d'Isabelle

8 Mai 2011, 22:22pm

Publié par Seren Dipity

N'ayez crainte et commencez le voyage.... Allez l'esprit clair à la rencontre de quatre personnages en lieux et époques différents. Le fil conducteur est un bureau, un bureau immense et magnifique qui aurait peut-être appartenu à Garcia Lorca... Ce meuble...

Lire la suite

1 2 > >>