Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Brilliant disguise* : sur L'Invention de nos vies de Karine Tuil - une lecture critique de Pierre

30 Septembre 2013, 14:18pm

Publié par Seren Dipity

Samir Tahar, musulman d'origine tunisienne est devenu un grand avocat à New York. Il est marié à une « Jewish Princess », intégré à la communauté juive américaine. Il a le pouvoir, l'argent et une vie parfaite. Mais voilà son passé le rattrape par le biais de son ancienne maîtresse Nina, qui vit avec Samuel, ami d'enfance à qui il a emprunté un passé et une culture. Il y a aussi son demi frère François qui va lui rappeler ses origines. Rien n'est simple dans la vie et méfiez-vous des apparences !

Extraits :

« Tout, dans la vie, n’est qu’une question de détermination et de désir. Tout n’est qu’une question d’opportunités, de rencontres et de chances à saisir. »

« La vérité, c’est que les Arabes réagissent encore comme si on cherchait à les dominer, à les coloniser, et les juifs, comme s’ils risquaient toujours d’être exterminés. »

« Des sommets, on ne peut plus que redescendre »

« D’une manière générale, je pense que personne n’est désolé pour autrui, je veux dire, on ressent éventuellement un peu de compassion face à la souffrance des autres mais ça n’altère jamais son propre bonheur… »

« L’attachement, cette maladie mentale. »

« Ce jour-là, j’ai compris ce qu’impliquait réellement mon mensonge : la certitude que je ne partagerais jamais rien avec personne. »

Les personnages :

Samir/Sam Tahar, colosse aux pieds d'argile qui a construit sa vie sur une mensonge en se faisant passer pour un juif séfarade. Il a le pouvoir, l'argent et une respectabilité. Mais à quel prix ?

Samuel, fils adopté d'un couple d'intellectuels juifs pratiquants, végétant à Paris comme animateur social, faible et lâche mais amoureux fou de Nina, avec comme exutoire « l'écriture de son roman ».

Nina la belle, qui est restée avec Samuel par pitié. Mannequin pour Carrefour.

François, le demi-frère de Samir, blond aux yeux bleus. Le français mal dans sa peau qui va bousculer l'univers de Samir.

Les Berg.

Le patriarche Rahm, richissime homme d'affaire ashkénaze qui laisse sa fille épouser un Séfarade « un peu arabe » et refuse de laisser ses petits enfants porter le nom de leur père, qui lorsqu'il va au mur (des lamentations ) à pour souhait que sa fille se détache de Sam .

La fille Ruth Berg, prototype de la jewish princess new yorkaise, née avec cette aisance des «riches ».

Et quelques autres …

A mon humble avis :

L'usurpation d'identité est au départ un bon sujet et si, en plus, on touche à 2 communautés « ennemies», on a alors une histoire bien compliquée. Mais le talent de Karine Tuil tient surtout à une fine analyse de la condition de l'homme par rapport à ses sources. Quoique l'on fasse, qui que l'on soit, nos racines ne nous mentent jamais, nous sommes ce que nos parents ont bien voulu nous donner.

J'avoue avoir été touché par ce roman, la justesse et la densité du texte m'a fait passé un excellent moment et c'est vraiment le genre de texte qui ne vous lâche pas, (même si à la base « une amitié entre un juif et un arabe » ne me paraît pas vraiment crédible). Alors allez y, vous ne le regretterez pas.

Signé Pierre

____________

* ICI ou LA

Commenter cet article