Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Gare de Landerneau, 2 minutes d'arrêt: sur Les Poissons ne connaissent pas l'adultère de Carl Aderhold - une lecture critique de Stéphane

24 Février 2010, 08:15am

Publié par Seren Dipity

"Half of what I say is meaningless, but I say it just to reach you... Julia." Il ne faut jamais rater une occasion de rendre hommage à John Lennon. Julia, sur le "double blanc", est une des plus belles chansons de Lennon (sur sa mère).
C'est aussi le prénom d'un personnage haut en couleurs (blonde mais elle ne l'a pas toujours été) et très attachante et assez aguichante (ah! ce décoletté, les amis...) du deuxième roman de Carl Aderhold (après le décapant Mort aux cons, Ed. Hachette)
So far, le roman le plus agréable et le plus frais de la première sélection des romans de la rentrée de janvier pour le Prix Landerneau. Elle est tombée mi-janvier : 38 romans. Premiers votes le 13 mars (ça va être chaud pour tout lire!)


Julia, donc, vient de fêter ses quarantes ans. Ses copinnes lui ont offert un relooking complet. Cheveux, style, fringues.poissons.jpg
Vie.
Car, à nouveau look, nouvelle vie, non?
Non. C'est ce qu'elle croyait mais rentrée à la maison, elle déchante. 
Alors, lorsque Julia rate le bus qui devrait l'emmener à son boulot (caissière dans un supermarché), elle saisit cette rupture pour casser un peu plus sa vie triste et routinière. Direction Austerlitz (la gare) et elle monte dans le train TEOZ pour Toulouse. C'est décidé, la vie va devenir rose, comme la ville.
Carl Aderhold a fait sa maîtrise d'histoire sur Diderot et ça tombe bien : Julia refuse le déterminisme qui l'écrase. Elle a décidé de déployer ses ailes et elle va emporter toute une galerie de personnages dans la tourmente de sa nouvelle vie.

Le roman est une vraie réussite : le personnage de Julia est d'une fraîcheur incroyable, et la grosse poignée de personnages secondaires est généreuse et maîtrisée. Entre la vieille dame de 70 ans qui hésite entre deux amants et la chorale (Happy Days Band) qui ne fait que des reprises de Johnny, on a un contrôleur anarchiste, un sourd muet roumain qui n'est pas si sourd pas si muet et pas si roumain... Et j'en oublie, volontairement...

Une "échappée belle" qui fait du bien!

Signé Stéphane.


***********************************************

« Les poissons qui peuplent les océans sont innombrables, même si Pline l’ancien n’en compte que 144 variétés. Mais aucune espèce ne peut s’unir avec une autre, à la différence du cheval avec l’ânesse. Les poissons ne connaissent pas l’adultère. »

Et si pour changer de vie, il nous suffisait de monter dans un train? Intéressant et plutôt attrayant, le nouveau roman de carl Aderhold est construit autour de la prise d'une décision importante dans la vie d'une femme. Cette femme à l'aube de ses quarante ans monte dans le corail Paris-Toulouse et décide de changer de vie. Tout d'abord elle change de nom, c'est vrai que le même prénom que Julia Roberts, son actrice préférée, est plutôt approprié. S'en suivent alors, tels les arrêts aux gares, les chapitres sur les différents protagonistes, on se retrouve en tête à tête avec la vieille Colette amoureuse de deux hommes, on croise Germinal Serra le contrôleur anarchiste......Chaque gare est une étape vers sa liberté jusqu'à celle provoquée par la rencontre avec Vincent, spécialiste des bestiaires médiévaux qui va peu à peu la libérer de la fatalité qui règne sur son existence. Un mari, une fille, une maison en banlieue, un emploi de caissière, tout ce qui rythme une vie banale et qui, avec un petit coup de main, telle qu'une séance de relooking, peut devenir des souvenirs.......
 
En bref, un roman à découvrir que l'on a beaucoup de plaisir à lire!!!
 
Signé Lucie

Commenter cet article