Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

RENTREE LITTERAIRE 2009 (sur Ovaldé, Blouin, Lapaque, Gander et Gaudy)

17 Août 2009, 21:15pm

Publié par Seren Dipity

Généralement, arrivé le mois de septembre on entend parler de crayons, de cartables, de cahiers à petits ou grands carreaux, tout un bataillon de fourniture en tout genre. En ce qui me concerne, je suis plutôt occupée par un tout autre bataillon. Et oui, pour nous autres libraires, septembre est souvent synonyme d'avalanche de livres. Alors entre ce qu'il faut absolument lire, ce qu'il faut conseiller et ce qu'il faut "jeter", dur de s'y retrouver.
C'est pourquoi, j'ai occupé une grande partie de mes vacances à lire une partie de l'abondance d'ouvrages qui paraissent dans les prochains jours. Et comme je n'ai pas envie de me faire disputer pour un quelconque retard de ce post, j'ai décidé de faire un article global regroupant mes lectures de l'été afin d'être un minimum prête pour la rentrée littéraire. Bien sûr je le complèterai par la suite, mais concentrons-nous sur le présent!!
Alors forcément j'ai eu des déceptions (et oui on ne peut pas plaire à tout le monde!!), mais aussi de grands moments d'émotions et un super coup de coeur.
Commençons par le meilleur, qui j'espère le sera pour beaucoup.
Est-ce le fait de l'avoir lu sur la plage à me faire bronzer qui me l'a tant fait apprécier, mais là franchement ça faisait bien lontemps qu'un livre ne m'avait pas fait cet effet là; le 20 août paraît aux éditions de l'Olivier le nouveau Véronique OVALDE, Ce que je sais de Vera Candida qui croyez-moi est un vrai bijou.  
Plantons le décor: Vatapuna, on ne sait pas trop où ni quand, ce qui rend l'histoire des plus intérréssante, trois femmes d'une même lignée qui semblent être destinées à mettre au monde une fille qu'elles élèvent seules et dont on doit taire le nom du père. Toutes trois éprises de liberté,elles se forcent à choisir elles-mêmes leur destin. Toutes les choses qui font d'un livre un bon roman sont présentes ici, il y a la famille, l'amour homme femme, l'amour mère fille, de l'émotion, de la simplicité. C'est admirablement bien écrit, Véronique OVALDE nous emmène successivement de ce petit village au nom bizarre, puis dans la grande ville où l'on apprend à se débrouiller seule et de nouveau à Vatapuna.
Parfois drôle, souvent émouvant et d'une légèreté surprenante, Ce que je sais de Vera Candida nous fait nous attacher à son personnage principal qui se bat contre son destin. Vera Candida est forte, affranchie, courageuse et rêveuse. Elle aspire à trouver la paix en s'enfuyant de chez elle pour y retourner enfin des années plus tard et ne plus en repartir.
Le texte vif, le rythme soutenu sur fond d'histoire universelle: à savoir l'amour sous toutes ses formes, font qu'on ne peut pas ne pas aimer ce livre. A mettre entre toutes les mains féminines!!
 
Continuons avec une ombre au tableau, il n'y a pas que des bonnes notes pour cette rentrée!! Le  27 août paraît chez Gallimard, collection L'Arbalète, le premier roman de Patrice BLOUIN, Tino et tina. Je me suis forcée à le lire jusqu'au bout, ce n'est pas vraiment que j'ai été déçue, c'est juste que je n'ai pas été transportée, émue... Aucune émotion, c'est bizarre. Ces deux ados qui se retrouvent livrés à eux-mêmes dans Paris, à 14 et 15 ans, on peut s'attendre à être ému ou quelque chose dans ce goût , mais là rien , ils sont trop occupés à philosopher qu'ils perdent de leur inoscence. J'avais plus l'impression de lire un bouquin de philo sur l'existentialisme qu'un roman. Le découpage du texte m'a géné dans ma lecture et la construction est sommaire. En bref, il ne sera pas dans mon top 10, mais il plaira sûrement à d'autres.
 
"Tu vas mourir aujourd'hui, et tu ne le sais pas encore", phrase choc pour livre choc. Sébastien LAPAQUE publie chez Actes Sud son nouveau roman, qui donne à réfléchir sur notre vie. Dès le première phrase de cette chronique d'une mort annoncée, Les Identités remarquables nous plonge dans la vie d'un homme qui sera à la fois héros et victime dans l'histoire de la brièveté de sa vie. En effet, un roman coup de poing qui nous interpelle à la première page par le fait de tutoyer son personnage principal entre autre, et qui ne nous libère qu'une fois le livre terminé. Une forme de texte intimiste et très forte, qui rappelle étrangement les romans policiers, et qui laisse perplexe sur la manière dont on vit. Sébastien LAPAQUE ironise sur le temps qui passe à travers ce personnage qui se complet dans son existence légère qui va tout à coup être remise en question par l'arrivée d'une mystérieuse femme en quête de vengeance familiale. C'est amusant car ayant quelque petits restes de notions en mathématiques, j'ai fait des recherches sur le titre croyant l'avoir vu quelque part et en effet on appelle identités remarquables certaines égalités qui s'appliquent à des nombres. Elles servent en général à accèler les calculs, à amplifier certaines écritures.....bon je m'arrête là car c'est pas un cours de maths!! Dans tous les cas cette définition est exactement ce que l'on ressent à la lecture de ce roman, une accélération qui nous laisse presque éssoufflés à la fin!! Sensation étrange, mais très appréciable.
 
Ensuite, c'est le premier livre que j'ai lu pendant mes vacances, En ami  de Forest GANDER publié chez Sabine Wespieser (sortie le 27 août); premier roman et premier succès je pense. La forme est originale pour une histoire au fond un peu banale!! Je m'explique, on est au coeur d'un triangle amoureux, Lester mène une vie organisée entre sa femme et se maitresse, jusque là rien de bien surprenant, mais tout bascule le jour où son "ami", qui voudrait sûrement être plus, révèle tout à sa femme et là je n'en dirais pas plus. Quoi qu'il en soit le texte s'articule en trois parties, avec un début pour le moins surprenant l'horrible naissance de Lester qui croyez moi ne donne pas l'envie de mettre au monde un enfant, ensuite Clay, "ami" de Lester, puis Sarah, sa maîtresse et enfin Lester. Dans ce roman aussi court qu'envoûtant, on s'interroge sur la vie de cet homme dont les limites entre l'amitié, l'amour et la mort  ne sont pas réellement définies.
 
 
Et pour terminer avec mes lectures estivales, Hélène GAUDY nous offre son deuxième roman aux éditions Du Rouergue, collection La Brune (sortie le 9 septembre). Avec Si rien ne bouge on entre dans le cercle fermé d'une famille repliée sur elle-même. Nina et ses parents partent tous les ans au même endroit pour les vacances, mais cette fois-ci ils sont en compagnie de Sabine, "amie" de Nina qui devient vite hors de contrôle. L'irruption de cette ado va bousculer l'ordre familial et arriver ainsi à un point de non retour. Jusqu'où sommes-nous capables d'aller pour préserver notre famille? Hélène GAUDY tente de répondre à cette question dans ce roman où une ambiance pesante se fait sentir dès la prepière phrase "de loin la maison est légère et bancale. Un coup de pied et elle se brise". Personnelement je me suis sentie oppréssée en refermant le livre, mais il m'a bien plu. Je le conseille vivement.
 
Et voilà, j'ai fait de mon mieux pour offrir une vision globale de mes lectures. Les autres suiveront, en attendant bon courage à tous ceux qui vont croulés sous les livres dans quelques jours!!!Et pour les autres, bonnes lectures!!!
 
Signé Lucie  

 

Commenter cet article

Bénédicte 14/02/2010 10:31


j'ai aussi beaucoup apprécié Ce que je sais de Vera Candida Bonne journée à toi


Aurore 25/08/2009 20:28

J'ai beaucoup aimé Vera Candida: une des meilleures surprises de la rentrée!! Quant aux autres, je ne les connais pas (encore)...