Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Articles avec #traduction josee kamoun

Agent 0000007 : sur Expo 58 de Jonathan Coe - une lecture critique de Stéphane

29 Mars 2014, 08:44am

Publié par Seren Dipity

Après McEwan, ICI (et Boyd avec Solo ), l'espionnage sous fond de guerre froide semble être à la mode. Le dernier Jonathan Coe nous promène de l'Angleterre à la Belgique, à la fin des années 50. A l'heure où Poutine nous rappelle les belles heures d'un...

Lire la suite

Growin' up* : sur Canada de Richard Ford - une lecture de Stéphane & Jean-Philippe

3 Octobre 2013, 14:46pm

Publié par Seren Dipity

Notre patience avec le travail lent et minutieux de Richard Ford est toujours récompensée. Cinq ans après son précédent roman, il revient avec Canada , tournant le dos à Frank Bascombe, le personnage clé de la grande trilogie ( Un Week-end dans le Michigan,...

Lire la suite

Twist and shoot : sur Dernière Nuit à Twisted River de John Irving - une lecture critique de Stéphane

12 Février 2011, 13:27pm

Publié par Seren Dipity

Avouons-le d'emblée, ce n'est probablement pas le meilleur roman de John Irving (je pense que Garp l'est). Mais, comme on le dit parfois d'autres grands auteurs : même un bon roman d'Irving reste une excellente lecture. Ce qui est sûr, en revanche, c'est...

Lire la suite

Super Loser : sur La Vie très privée de Mr Sim de Jonathan Coe - une lecture critique d'Isabelle

26 Janvier 2011, 22:32pm

Publié par Seren Dipity

Maxwell Sim est un loser. Tout ce qu'il entreprend finit par échouer. Sa femme l'a quitté. Son père l'a fui et vit en Australie. Il est en congé maladie pour dépression. Et comble du comble, lui qui a réussi à se faire surclasser en avion voit son voisin...

Lire la suite

In & out : sur Exit le fantôme de Philip Roth - une lecture critique de Gaëlig

9 Octobre 2009, 22:00pm

Publié par Seren Dipity

Le dernier Philip Roth, Exit le Fantôme (Ed. Gallimard) met en scène pour la 9ème et dernière fois Nathan Zuckerman, l’alter ego de Philip Roth. Autant dire que ça ne va pas être gai. (Et pourtant, ce n’est pas le livre le plus triste de Roth : Un Homme...

Lire la suite