Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Articles avec #traduction brice matthieussent

The big ones get away* : sur Grand maître de Jim Harrison - une lecture critique de Pierre

27 Mars 2014, 09:22am

Publié par Seren Dipity

L'heure de la retraite a sonné pour l'inspecteur Sunderson, le vieux débris apprend à gérer sa vie de retraité , entre alcool et séance de matage lubrique sur sa chère voisine. Il se remet de son récent divorce et se ressource en faisant de la marche,...

Lire la suite

Un sac de billes 2 : sur Un Homme Loyal de Glenn Taylor - une lecture critique de Stéphane

6 Février 2013, 22:30pm

Publié par Seren Dipity

Deux ans après le remarquable Ballade de Gueule Tranchée , [ICI] Glenn Taylor revient avec Un Homme Loyal, (en vo : The Marrowbone Marble Company ), dans une traduction de Brice Matthieussent (on ne change pas une équipe qui gagne). La première chose...

Lire la suite

Quoi? ma gueule? qu'est-ce qu'elle a, ma gueule? : sur La Ballade de Gueule-Tranchée de Glenn Taylor - une lecture critique de Stéphane

25 Juillet 2012, 17:07pm

Publié par Seren Dipity

Attention, grand livre! grand auteur! grand traducteur! Sorti début 2011 chez Grasset, le roman m'a fait de l'oeil pendant un temps avant de disparaître dans le flot des sorties. Sa publication en poche, en Point Seuil, avec une couverture superbe lui...

Lire la suite

Sunday loosy sunday : sur Eureka Street de Robert McLiam Wilson - une lecture critique d'Alexandre

11 Décembre 2011, 14:21pm

Publié par Seren Dipity

Entre les immeubles de briques taggées de sigles politiques * , se profilent les collines cinglant la ville. Belfast, Irlande du Nord. Les " Troubles " clouent toujours l'actualité de pointes meurtrières tirées par les luttes intestines opposant unionistes...

Lire la suite

Du polar? Pas si sûr! : sur Un pied au paradis de Ron Rash et Personne Bouge de Denis Johnson - une lecture critique de Stéphane

29 Novembre 2009, 14:00pm

Publié par Seren Dipity

C'est un premier roman mais l'auteur est déjà poète et nouvelliste (deux genres qui obligent à peser les mots), ça promet. Et ça tient ses promesses. Ron Rash, Un pied au paradis, éditions du Masque (One foot in Eden (2002), traduit par Isabelle Reinharez)...

Lire la suite