Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Articles avec #litterature allemande

"Le ventre est encore fécond..." : sur Il est de retour de Timur Vernes - une lecture critique de Pierre

27 Mai 2014, 09:03am

Publié par Seren Dipity

Adolf Hitler se retrouve à Berlin en 2011. Complètement perdu mais toujours avec le charisme et l’intelligence malsaine qu’on lui connaît. Grace à son physique il devient vite un humoriste réputé dans un show animé par un turc. Il est aimé pour son humour...

Lire la suite

Dance of fire* : Le russe aime les bouleaux d'Olga Grjasnowa - une lecture critique de Pierre

16 Mars 2014, 10:19am

Publié par Seren Dipity

Mascha vit à Frankfort avec son ami Elias qui lui vient d'Allemagne de l'est. Elle se raconte, de son départ de Bakou pour fuir le conflit entre Arméniens et Azéris, à son arrivée en Israël « terre pleine de promesse ». Dés son arrivée en Allemagne, elle...

Lire la suite

Time flies... you can't... : sur Le Temps, le temps de Martin Suter - une lecture critique de Stéphane

12 Juin 2013, 08:42am

Publié par Seren Dipity

La phrase complète est : Time flies, you can't, they fly too fast. Et c'est rigolo. C'est une blague de linguistes, tout le monde ne peut en apprécier l'humour et la portée; ces types sont tellement bizarres. Vraiment, je me dis que j'étais prédestiné...

Lire la suite

L’autre face du parrain : sur Orgasme à Moscou d’Edgar Hilsenrath - une lecture critique de Jérémy

29 Avril 2013, 21:26pm

Publié par Seren Dipity

Dès le prologue, on nous met dans le bain! L’auteur nous présente les personnages principaux. Un parrain de la mafia, Nino Peperroni, dont la ressemblance avec Moshe Dayan, militaire et homme politique israélien, est trompeuse. Sa fille qui se dit journaliste...

Lire la suite

Do the evolution* : sur L'Inconstance de l'espèce de Judith Schalansky - une lecture critique de Pierre

8 Avril 2013, 10:00am

Publié par Seren Dipity

Inge Lohmark est professeur de biologie et de sport dans un collège de l'ex-Allemagne de l'est peu après la chute du mur. Son mari élevé des autruches et son unique enfant Claudia vit au USA depuis 12 ans. Inge ne voit la vie qu'a travers son métier,...

Lire la suite

Zoo Station* : sur Quand la lumière décline d'Eugen Ruge - une lecture critique d'Arnaud

27 Août 2012, 22:00pm

Publié par Seren Dipity

Ce livre est simplement une fresque familiale**. Une famille cependant particulière dont l'existence dans l'histoire du XXème siècle est étrangement et intimement liée à celle de l'Allemagne de l'Est. A travers quatre générations d'une même famille, du...

Lire la suite

Traduttore, traditore... trader! : sur C'était pas ma faute de Kristof Magnusson - une lecture critique de Stéphane

26 Août 2011, 22:08pm

Publié par Seren Dipity

Quel roman étonnant! Avouons que tenir en haleine le lecteur, ça n'était pas gagner : avec une histoire d'écrivain qui n'écrit plus, de traductrice qui ne traduit plus, et surtout avec un trader qui trade comme un fou, Kristof Magnusson s'en sort avec...

Lire la suite

Sorry seems to be the hardest word : sur Sorry de Zoran Drvenkar - une lecture critique de Stéphane

4 Juin 2011, 13:46pm

Publié par Seren Dipity

Cest le gros dernier de chez Sonatine. Le roman a eu un succès colossal en Allemagne et sur la quatrième de couv', Millénium est évoqué pour les amateurs de polar à la construction diabolique. Quatre amis créent une agence qui propose aux particuliers...

Lire la suite

Equilibre instable : sur La Bascule du souffle de Herta Muller - une lecture critique de Jean-Philippe

10 Décembre 2010, 22:02pm

Publié par Seren Dipity

La bascule du souffle de Herta Muller Gallimard Quand Herta Muller a obtenu le prix de nobel de littérature l'an dernier, je me suis senti un peu con. Jamais entendu parlé. J'en ai commandé pour le magasin, je les ai un peu feuilleté, je me suis dit que...

Lire la suite

Super, un nouveau Suter : sur Le Cuisinier de Martin Suter - une lecture critique de Stéphane

11 Août 2010, 08:45am

Publié par Seren Dipity

Quand j'aime un artiste, j'aime tout avoir, tout découvrir. Et si, par chance, je le découvre au début de sa carrière, je le suis, je le guette. Et pour que je cesse de le suivre, il faut vraiment qu'il me déçoive à plusieurs reprises. Martin Suter ne...

Lire la suite

1 2 > >>