Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Jungleland* : sur Un Monde beau, fou et cruel de Troy Blacklaws - une lecture/critique de Cornélia

8 Septembre 2013, 12:03pm

Publié par Seren Dipity

Afrique du Sud, Le Cap et la frontière du Nord, de nos jours.

Un jeune homme "coloured" (ni noir ni blanc) après l'abandon de ces études de poésie se retrouve sur un marché à vendre de l'artisanat aux touristes pour le compte de son père, un caïd opportuniste au sens moral affranchi de toute autorité extérieure, tour à tour truand et ange vengeur des faibles et opprimés. Hanté par l'image de sa mère blanche, réduite à une existence de fantôme solitaire depuis la mort violente de sa sœur, il se jette à corps perdu dans la liaison sans avenir avec une jeune fille inaccessible.
Parallèlement, un enseignant quitte son Zimbabwe natal écrasé par la terreur de Mugabe pour rejoindre le Cap, à pied et à la nage, avec pour seul bagage l'espoir de pouvoir un jour obtenir un statut de réfugié et faire venir sa famille : un périple de tous les dangers, car plus encore que des crocodiles ou des chiens errants il faut se méfier des chasseurs d'hommes sanguinaires sans foi ni loi qui réduisent en esclavage les fugitifs égarés, et de l'indifférence ou de la corruption des citoyens ordinaires.
Avec un réel talent de conteur, Troy Blacklaws entrelace ces deux destins tout en émaillant le récit de personnages secondaires étincelants et terriblement attachants : comme ce garçon, parti à pied du lac Victoria dans l'espoir de dénicher en terre promise sud-africaine des médicaments pour sa mère mourante du Sida, ou encore ce clochard ancien professeur de fac tragiquement enchaîné à ce bord de mer où il a vu mourir sa bien-aimée. Eux et tant d'autres impriment leur trace dans la mémoire du lecteur, dans leur lutte pour la survie et un peu de dignité.


J'ai été happée de suite par ce rythme sans répit entretenu par l'alternance de chapitres concernant l'un et l'autre des deux protagonistes, le suspense très maîtrisé où des scènes d'action violentes dignes d'un Tarantino sont entrecoupées de moments d'introspection ou de tourments amoureux mais aussi de moments de rencontres lumineuses.
Loin de tout pathos ou  de ton larmoyant, Troy Blacklaws va droit au cœur avec ses grands et petits drames humains qui se déroulent à ce qui nous paraît parfois l'autre bout du monde. Il croque une nation arc-en-ciel bien loin du rêve de Mandela, où l'apartheid a laissé la place à une société aux blessures toujours à vif, impitoyable envers les pauvres et les faibles et dénonce la cruauté incroyable dont font preuve les individus envers d'autres êtres humains.
Un roman d'une grande fluidité, une écriture sobre d'une grande beauté, une lecture chaudement recommandée !

 

Troy Blacklaws, Un Monde beau, fou et cruel, Cruel crazy beautiful world traduit de l'anglais (Afrique du Sud) par Pierre Guglielmina (traducteur de Bret Easton Ellis, Kerouac, Richard Ford - entre autres auteurs)

Troy Blacklaws est l'auteur de deux autres romans traduits chez Flammarion : Karoo Boy (2006) et Oranges sanguines (2008)

 

Signé Cornélia

__________________

* La plus épique de toutes? Méfiez vous de la douceur du piano de Roy Bittan. Jungleland, c'est 10 minutes de pur Springsteen.

Commenter cet article