Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Un chasseur sachant chasser... : sur Le Prédateur de C.J. Box - une lecture critique de Stéphane

4 Mars 2011, 18:56pm

Publié par Seren Dipity

Comme dans Tijuana Straits, il s'agit d'une chasse à l'homme mais là nous sommes dans le polar pur et dur. Ca ne veut pas dire que c'est moins bien pour autant... (Bon, ok, j'avoue, entre les deux j'ai préféré Tijuana Straits - haut les mains!) C'est plus direct, plus dans l'enquête. Très efficace. 

Avec C.J. Box, nous retournons dans le Wyoming où nous avions crapahuté avec Ron Carlson predateur-box-10.jpg

Ca faisait plusieurs années que C.J. Box me faisait de l'oeil - un grand gaillard de cowboy comme ça, c'était presque gênant.

Avec Le Prédateur, j'ai craqué. Vu comment les mecs tombent comme des mouches dans le roman, vallait mieux pas jouer aux cons.

Ca commence fort avec une scène de chasse incroyable. Ce matin, un lapin a tué un chasseur? Pas tout à fait : un chasseur sacrément doué a tué un autre chasseur. Et l'a dépecé comme une bête, et l'a pendu à un arbre. Dans la fôret, ça fait désordre.

Dans le texte, et dans l'ouverture, ça donne ça :

"Je suis un chasseur, je dispense la dignité.

Et je suis en chasse.

Lorsque le soleil hausse les sourcils à l'est sur les montagnes, je distingue la piste à travers le pré endormi. [...]

Je suis un chasseur.

En tant que tel, je suis un instrument majeur de la nature. Je complète le cercle de la vie en n'oubliant jamais que je m'y inscris aussi. Sans moi, il y a des souffrances inutiles et la mort est lente, brutale et sans gloire. La gloire de la mort dépend du fait qu'on est le chasseur ou la proie. On peut être l'un ou l'autre, suivant les circonstances."

En plus de faire tâche, la victime est la troisième sur laquelle on trouve un jeton de poker. Le gouverneur fait appel à Joe Pickett, le héros de CJ Box dont c'est la huitième aventure. Joe Pickett n'est pas le candidat le mieux noté du coin (bien au contraire) mais il connait les lieux et sait être efficace. Rapidement, il se retrouve à suspecter un anti-chasseur virulent et médiatique. Mais tous les jetons n'ont pas été distribués.

Le roman n'est pas révolutionnaire mais permet de se plonger agréablement dans l'enquête. Le personnage de Joe Pickett possède une épaisseur qui le rend attachant et laisse entrevoir des zones d'ombres - le garde-chasse est un cowboy à l'ancienne, d'ailleurs on lui reproche.

Seul bémol, j'ai été con de m'y mettre avec l'enquête 8 d'un personnage récurrent... y a forcément un passé qui forge le bonhomme qui m'a échappé - mais la traque continue, cowboy!

 

Signé Stéphane

Commenter cet article