Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

A Good man is hard to find : sur Enfants de poussière de Craig Johnson - une lecture critique de Stéphane

23 Février 2012, 18:36pm

Publié par Seren Dipity

Ceux qui ne connaissent pas encore Walter Longmire et les autres (imaginez une petite communauté de fans qui hésitent en permanence entre partager ce plaisir et le garder pour soi) vont être gâtés : dans la quatrième aventure* du shérif d'Absaroka County, vous aurez deux Walt pour le prix d'un.cjohnson.jpg

Le Walter Longmire qui doit s'occuper de sa fille en pleine convalescence après son agression à Philadelphie (voir L'Indien Blanc), doit résoudre ses problèmes de relations intimes avec son adjointe (un grand moment !) et surtout enquêter sur la mort d'une jeune asiatique retrouvée en bordure de route.

Et le Walter Longmire, jeune enquêteur dans la Police des marines, envoyé pour enquêter sur un trafic de drogues qui a causé la mort d'un jeune marine. Le cadre est bien différent : le Vietnam, en 67/68, quelques jours avant que Têt, ne soit plus jamais, pour des millions d'Américains, une simple fête de nouvel an asiatique mais une offensive vietnamienne qui a changé le cours de la guerre.

Le corps de la jeune vietnamienne va être la première madeleine de Proust qui provoque, chez le shérif Longmire, une série de réminiscences douloureuses sur son passage au Vietnam et son autre enquête, le trafic de drogues et la mort de Mai Kin, une jeune prostituée que Walter avait pris sous son aile.  Comme le résume son vieil ami Henry Standing Bear :

"Je me demande parfois si tu n'es pas en train d'essayer de résoudre du même coup deux mystères qui se sont produits à presque quarante ans d'intervalle."

Et, ce qui est plus inquiétant, si Walter  se "préoccupe plus des morts que des vivants".

Les deux récits, alternés, fonctionnent parfaitement sous la plume toujours en verve de Craig Johnson. Enfants de poussière (l'expression désigne les enfants rejetés parce que nés de relations entre américains et vietnamiennes - le titre original est extrait de la citation en exergue** et renvoie lui aux doutes de Walter sur ses 'préjudices') est sans doute moins drôle que les romans précédents mais il est plus ambitieux et contribue magnifiquement à l'humanisation du personnage. Le shérif dégaine moins souvent ses saillies verbales mais gagne encore en épaisseur, mais que les habitués se rassurent le ton est toujours aussi malicieux et enchanteur, et la galerie de personnages si attachants est là, au grand complet. Avec en prime, un suspect de plus de deux mètres, un indien mutique vivant retiré, sous un tunnel, qui permet à Vic de revisiter l'acronyme FBI : Fucking Big Indian.

Et celui-là? CIA : Completely Incredible Author.

 

Signé Stéphane

 

Craig Johnson, Enfants de poussière (Another man's mocassins), traduction de Sophie Aslanides. Editions Gallmeister, collection Noire.

___________________

*Pour la première enquête voir :

 http://seren.dipity.over-blog.fr/article-31971325.html

** "Grand Esprit, garde-moi de critiquer mon voisin tant que je n'ai pas marché une heure durant dans ses mocassins.

VIEILLE PRIERE INDIENNE "

Commenter cet article

visit this site 09/01/2014 12:44

Thanks for the information and share about the book A Good man is hard to find: Children on dust Craig Johnson as this is the first time I am hearing and reading about the book. All I can say is that the review is great and I am a fan of the page.

Serendipity 10/01/2014 22:12

Thanks for your comment! All Craig Johnson's books are reviewed on this blog. Read them all!

keisha 24/02/2012 08:37


Merci! je viens de le lire (en VO) et la signification spéciale de FBIm'avait échappé...