Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Don't let me down : sur Conséquences de Darren Williams - une lecture critique de Stéphane

6 Décembre 2012, 15:28pm

Publié par Seren Dipity

Malgré une lecture coupée en deux par mon séjour incroyable au Bénin, (j'ai été assez fou pour penser que j'aurais le temps de lire, j'avais même emporter deux bouquins!), Conséquences (Angel Rock, en vo) fut une lecture marquante. Pub9782355841651.jpglié en 2002 en Australie, il nous arrive aujourd'hui dans une traduction de Fabrice Pointeau (oui, encore lui!), aux éditions Sonatine, toujours à l'affût des bonnes trouvailles et marquant encore des points ici.

 

Le roman commence merveilleusement bien, dans la chaleur de l'été 69, à Angel Rock, un bled paumé dans le sud de l'Australie, way, way down under donc (souvenez "la France d'en bas", eh ben là c'est l'Australie d'en bas). Tom Ferry se fait embêter par d'autres ados plus âgés, plus méchants, plus cons que lui.

Cette ouverture donne le ton du roman : relations humaines dans cette petite ville où tout le monde se connaît depuis toujours, où les secrets sont étouffés, où les relations peuvent être violentes, par jeu, par tradition, par désoeuvrement.

Quand un soir Tom et son petit frère Flynn disparaissent, la angelrock.jpgpetite ville retient son souffle. Plus tard, quand le corps d'une jeune fille d'Angel Rock est retrouvé à Sydney, un policier à la dérive, Gibson, est appelé sur les lieux et même si le suicide semble certain, certains éléments le poussent à se rendre à Angel Rock. Gibson est hanté par un autre suicide, celui de sa soeur. Il quitte Sydney "trop d'âmes égarées, trop de sales types, trop de fantômes malheureux", mais arrivé à Angel Rock, il va encore courir après des fantômes...

Ce que ce résumé ne dit pas, c'est le talent de Darren Williams pour faire vibrer ces vies, cette petite ville. L'errance des deux gamins est terriblement poignante : "Il n'avait aucune expérience de la mort et l'associait à des chocs soudains et à de la chair déchirée, pas à cette sensation d'étiolement et d'affaiblissements progressifs."

Un roman sombre et souvent poétique, noir, aux personnages forts et parfois lumineux

 

Signé Stéphane

 

Commenter cet article