Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Bruuuuuuuuce! : sur Quelque chose dans la nuit de Mikael Ollivier - une lecture critique de Stéphane

16 Octobre 2011, 15:23pm

Publié par Seren Dipity

ollivier.jpgNous avions fait la connaissance des deux frères Le Guen dans La Promesse du feu en 2009 (ICI). Lorsque j'avais vu Mikaël Ollivier pour une séance de dédicaces, il m'avait alors confié qu'il travaillait sur un nouveau roman policier, toujours avec les deux frères Le Guen et leur incroyable maman, mais en allant plus loin sur leur passion commune pour Springsteen.

Ca donne Quelque chose dans la nuit publié aux Editions Le Passage (l'éditeur par lequel Franck Thilliez a été découvert - souvenez vous de l'excellent La Chambre des morts) . quelque_chose_dans_la_nuit.jpg

Si Springsteen était bien évoqué deux ou trois fois dans La Promesse de feu, ici il est au coeur du roman et du destin de ses personnages. L'intrigue est excellente et le rythme du roman est plus soutenu que dans La Promesse  mais ce n'est pas tout. Sans faire une étude sociologique des fans, Mikaël Ollivier nous montre comment des adultes vivent leur passion pour un artiste. Ces fans ne sont pas juste des gens qui aiment bien ou beaucoup Springsteen. Ils vivent Springsteen, prennent leurs vacances en fonction de la tournée, économise pour les billets, ne se fréquentent qu'à travers leur passion et même ne se connaissent que comme fans du Boss (un personnage découvre qu'un autre est gay alors qu'ils sont amis depuis quinze ans et quelques tournées).

L'intrigue principale est liée à la tournée Magic pendant laquelle des amis français se retrouvent à quelques concerts et surtout sont assassinés les uns après les autres, juste après avoir entendu les premières secondes du morceau "Something in the night" ("Quelque chose dans la nuit" pour les anglophobes)

La réponse est peut-être dans ces interludes où une jeune femme est violée et agressée par une bande d'italiens...*

 

Ce qui chouette quand on lit Quelque chose dans la nuit et qu'on aime aussi (et autant) Springsteen, et qu'on a la chance d'avoir une belle collection de bootlegs du Boss**, c'est qu'on peut refaire le parcours musical du roman. Il y a quelques heures je lisais un passage plein d'émotions autour du dernier concert de la tournée 2000 et là, en écrivant ce petit papier, j'écoute le pirate intitulé Legendary Night, sur le label Crystal Cat** enregistré au Madison Square Garden le 1er juillet 2000.

 

En marge de l'intrigue principale, il y a une autre enquête et surtout les personnages satellites de cette famille très attachante, et en particulier la mère, 70 ans passés, fumeuse à la chaine, et auteur depuis peu de polar. Elle  a deux trois bonnes sorties irrésistibles!

Ce résumé du roman, pour commencer, "Crois-en ta vieille mère paranoïaque : il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au pays merveilleux des fans du Boss... C'est bien comme ça qu'on appelle, votre gourou?"

"Sept morts, ça commence à compter! Votre Springsteen va commencer à le sentir dans les chiffres de vente de ses disques!"

Et cette dernière, excellente :

"Et il ne t'a jamais rien dit sur sa vie? Famille, enfants, maîtresses... C'est plus de la discrétion, c'est de la dissimulation! Ou alors c'est un agent double : en vérité, il est fan de Michael Jackson!"

 

Pour résumer, si vous ne l'avez pas encore compris, Quelque chose dans la nuit possède exactement les qualités qui me font adorer Springsteen (en écrivant ces mots, je regarde Live in Barcelona -officiel, tout le monde peut et doit l'avoir- quel bonheur!) : histoires, émotion et énergie.

 

 

Bonus :

- Retrouvez ICI l'interview réalisé avec Mikael Ollivier, en 2008, lors de la nouvelle édition de sa bio de Springsteen (co-écrit par Hugues Barrière qui est dans Quelque chose dans la nuit****)

- Retrouvez ICI l'interview de Mikael pour la sortie de Quelque chose...

- Retrouvez ICI le concert mythique de Milan en 2003.

- Retrouvez ICI le site des éditions Autour du Livre**** (la collection "Cahiers du rock" est dirigé par Hugues Barrière) où vous découvrirez, si ce n'est pas encore fait, le livre de Barrière sur Born in the USA (cité dans Quelque chose) et l'autobio de Clarence Clemons (saxophoniste du Boss), Big Man : de la vraie vie à la vraie légende, traduite par Barrière. Clarence Big Man Clemons nous a quitté le 18 juin 2011. Ca a touché tous les fans. Le E Street Band, sans lui, est-ce possible?

 

Signé Stéphane.

 

_____________________

* La tournée précédente (Rising) est passée par Milan où le concert s'est déroulé dans un déluge (pas que des décibels) - Springsteen a dit, en sortant de scène, que c'était un de ses dix meilleurs concerts ever. Merci à Daniele qui m'avait permis à l'époque d'écouter ce concert mythique...

** Springsteen est un des artistes les plus représentés dans le mileu des bootlegs (+ de 1000 enregistrements existent, depuis ses débuts jusqu'à aujourd'hui - sur scène et en studio)

Sur le monde des bootlegs, lisez le livre d'Alain Gaschet, Bootleg - Les Flibustiers du disque et l'article  ici.

** Crystal Cat est le label de référence en ce qui concerne Springsteen (et, aussi, Dylan, Young). D'ailleurs je pense que  le personnage dans le roman qui enregistre et sort ses enregistrements sous le label Freehold est un clin d'oeil à Crystal Cat.

*** Faudrait que je demande à Mikael Ollivier si l'anecdote où Hugues Barrière donne à Springsteen le titre de son disque futur (Working on a dream) est vraie. Je pense que oui... Putain, quel honneur, tout de même! Les courts passages avec le point de vue du Boss sont d'ailleurs très bien vus.

**** Prochaine parution (ENAURME !) Pearl Jam 20 le 20 octobre... toujours Barrière à la traduction. J'attends ça avec beaucoup, beaucoup d'impatience.

Commenter cet article

Sofy Zonelivre 17/10/2011 19:59



Très belle chronique qui retransmet bien l'esprit du livre Stéphane



Seren Dipity 23/10/2011 15:41



Merci. Mikaël Ollivier était content de l'article aussi.