Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Quoi? ma gueule? qu'est-ce qu'elle a, ma gueule? : sur La Ballade de Gueule-Tranchée de Glenn Taylor - une lecture critique de Stéphane

25 Juillet 2012, 17:07pm

Publié par Seren Dipity

Attention, grand livre! grand auteur! grand traducteur!9782757825297-0-1352677.jpg

Sorti début 2011 chez Grasset, le roman m'a fait de l'oeil pendant un temps avant de disparaître dans le flot des sorties. Sa publication en poche, en Point Seuil, avec une couverture superbe lui donne une seconde vie.

Le roman s'ouvre sur un prologue qui rappelle Little Big Man (le livre et le film) :

" Le 3 décembre 2010, le vieux se cousit les lèvres avec du fil de pêche. Les douleurs et les palpitations étaient de retour. Ce jour-là, qui était aussi celui de son cent huitième anniversaire, le magazine Time envoya un journaliste chez lui à Warm Hollow, en Virginie-Occidentale. A cause de la réputation du vieux, et à cause de Pearl Thackery. Pearl Thackery avait été le doyen des citoyens de la Virginie-Occidentale et il était mort la semaine précédente, laissant le vieux, cet ancien inventeur, charmeur de serpents, cunnilinguiste, tireur d'élite, homme des bois, harmoniciste et journaliste, devenir le plus vieil Homo Sapiens vivant de tout l'Etat."

Croyez-le ou non, c'est à peu près tout ce que j'aime dans un début. La parole (tronquée) et, immédiatement, le récit évacué avec ce résumé d'une vie - celle de Gueule-Tranchée Taggart qui va jouer à cache-cache avec le siècle.

Early Taggart est né pour être, aussitôt, sacrifié dans les eaux gelées d'une rivière. Sa mère, une illuminée, voyait en lui le démon. Sauvé, Taggart sera condamné à afficher les stigmates de cette résurrection : une infection lui pourrit la bouche et les gencives. Gueule-tranchée est né. Et vivra une vie incroyable, comme l'indique partiellement le résumé placé en début de roman.

Ce que le résumé ne dévoile pas, c'est précisément ce qu'il semble cacher en révélant les grandes lignes d'une vie : derrière les détails de ces 108 années bien remplies il y a le souffle picaresque, l'espace (le roman s'inscrit clairement dans une veine nature writing - ou, pour le moins, dans cette tradition rappelée en couverture, des écrivains du sud qui plaçait la nature et l'espace au coeur de l'humain), l'âpreté d'une vie de outlaw et la flamboyance d'un "mythe forgé pour redonner courage aux opprimés."

"Privé de ses dents et presque de sa vie, il comprit que l'existence solitaire d'un cinglé reclus dans la montagne valait mieux que les perspectives d'avenir qui l'attendaient en bas dans la vallée. Cavaler, encore et toujours, avec le passé à ses trousses."

A vos marques, prêt? Lisez!

 

Signé Stéphane

 

Grand livre : La Ballade de Gueule-Tranchée (The Ballad of trenchmouth Taggart)

Grand auteur : Glenn Taylor (dont c'est le premier roman...)

Grand traducteur : Brice Matthieussent

Commenter cet article