Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

One hell of a character 2* : sur Satori de Don Winslow - une lecture critique de Stéphane

17 Novembre 2011, 22:30pm

Publié par Seren Dipity

Il fallait oser mais surtout il fallait être un membre du cercle des lecteurs de Trevanian. Ce n'est pas la première fois qu'un écrivain reprend un personnage culte d'un autre auteur. Encore récemment, Deaver a écrit une nouvelle aventure de James Bond. Sherlock Holmes n'en finit pas d'inspirer de nouveaux auteurs (j'ai lu récemment Les Premières Aventures de Sherlock Holmes, L'Ombre de la mort, premier tome d'une triologie par Andrew Lane sur la génèse de Holmes- vraiment bien pour les jeunes lecteurs).

 

Dans une note, pleine d'humour, en fin douvrage, Don Winslow raconte comment lui est venue l'idée de reprendre le flambeau Trevanian - idée qui lui a paru folle et grisante... __satori.jpg

 

Nicholaï Hel est en prison depuis trois ans pour avoir tué Kishigawa, son père de substitution, alors que celui-ci était prisonnier des russes et attendait son procès pour crimes de guerre -il ne pouvait supporter ce déshonneur. Il y a vécu l'isolement, la violence, la perte d'une capacité à s'évader par l'esprit mais y a développé le "sens de la proximité" qui lui permet de sentir une présence et ses intentions, et il a aussi appris le basque parce que les seuls livres disponibles pour entretenir sa matière grise étaient un dictionnaire et un receuil basques.

Les américains lui proposent la liberté et une nouvelle identité en échange d'une mission : assassiner le commissaire des Soviets en Chine communiste, Youri Voroshenine afin qu'ils puissent éviter de perdre la Corée... "C'est une démarche classique du jeu de go, pensa Nicholaï. Sacrifier une ligne de pierres pour berner l'adversaire. Mais ça ne ressemble pas aux Américains, qui se divertissent avec les échecs, ce jeu d'enfants."

Comme on le voit, Winslow est fidèle à Trevanian. La partie de go, la première sur le plateau du monde pour Nicholaï Hel, va être longue et éprouvante. Elle permet également d'approfondir son personnage et de donner des références qui seront reprises dans Shibumi (la vengeance contre Diamond -le frère du Diamond de Shibumi- trouve de multiples raisons dans Satori; l'apparition de De Lhandes; le goût pour le sud de la France et le rêve du chateau dans le Pays basque)

Là où Winslow ne peut faire aussi fort que Trevanian, c'est créer Nicholaï Hel. Le personnage existe par Trevanian. Winslow le sait (d'où son hésitation, sans doute, à reprendre le flambeau) mais il s'en sort merveilleusement en développant le personnage alors que celui-ci est, pour tout dire, naissant :  Hel a même dû subir une intervention plastique pour réparer les dégats causés par les interrogatoires américains.

Winslow ne fait pas du Trevanian, il fait (ou contribue à faire) Nicholaï Hel; et surtout Winslow reste Winslow : des chapitres nerveux, parfois courts, qui s'enchainent à toute vitesse faisant la part belle à l'action, au coeur d'une histoire d'agents secrets qui est aussi une introduction vivante à la géopolitique de l'Asie des années 50.

 

Satori, traduction de Richard Cunningham, Ed. Lattès.

 

Signé Stéphane

 

_________________________

* Voir le papier sur Shibumi, ici.

Commenter cet article

Ys 27/11/2011 11:47


C'est un exercice périlleux en effet de s'emparer d'un personnage déjà existant. Il me tarde de découvrir Winslow, d'avoir le temps de me plonger dans La griffe du chien, son pavé qui
m'attend depuis quelque temps...