Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

My tailor is rich : sur Le Testament Américain de Franz Bartelt - une lecture critique de Stéphane

6 Mai 2012, 22:42pm

Publié par Seren Dipity

Neuville est une petite bourgade bien tranquile. Si tranquile en fait qu'elle en est pratiquement invisible depuis des siècles. Ses habitants sont des gens simples, voire simplistes ou simplets. Mais la vie est belle, malgré tout.bartelt.jpg

Quelques années plus tôt, un couple de richissimes américains avaient dû poser leur avion et le bébé que madame portait dans son ventre à Neuville. Ils s'étaient attachés à l'endroit.

Quand Clébac Darouin, le gosse de riches tombé du ciel y retourne (au ciel), tous les habitants espèrent bien récupérer un peu de l'argent que le riche héritier avait promis de leur léguer. Sauf que...

Sauf que Clébac Darouin avait prévu une autre manière de les remercier, quelque chose de plus éternel : un tombeau pour chaque habitant, un tombeau chic et original, tout confort et stylé.

Ce cimetière baroque et fou va bouleverser la vie des habitants de Neuville.

 

Franz Bartlet est un magicien, un enchanteur. Il manie les mots et les situations comme personne. Son talent n'est jamais aussi flagrant que lorsqu'il s'attaque à la province et ses institutions, ses mesquineries lourdes et ses moeurs légères. J'avais découvert Bartlet avec Le Grand Bercail il y a une dizaine d'années et depuis je le suis dans ses recueils de nouvelles et ses romans toujours surprenants (chez Gallimard, au Dilettante et beaucoup d'autres éditeurs). J'ai retrouvé, une nouvelle fois, avec Le Testament Américain, le mélange étonnant de comédie de moeurs, vaudeville, intrigue et feux d'artifices de la langue qui m'avaient ravi dès ma découverte du bonhomme. 

Avec Bartelt, la poésie se frotte parfois au popotin - toujours pour le plus grand plaisir des dames et des messieurs, et surtout des lecteurs.

A ceux qui voudraient découvrir Bartelt, je recommande très vivement Le Jardin du Bossu qui donne une excellente idée du talent de cet écrivain prolixe.

 

Signé Stéphane.

Commenter cet article