Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Good old Days! : sur Les Lieux Sombres de Gillian Flynn - une lecture critique de Stéphane

18 Janvier 2011, 13:04pm

Publié par Seren Dipity

Il y a trois ans, lors d'une première tentative de blog aujourd'hui orphelin, j'avais signalé dans une rubrique sur les couvertures les plus chouettes de la semaine, deux titres parus chez Sonatine qui en était alors à ses débuts. Et je concluais en disant, Long live Sonatine!

Facétieuse prophétie (dur à dire) qui comme le montre un post récent ici même révèlait mon côté obscur et nostradamusien (très dur à dire).

Bref. J'aime Sonatine. Et alors que j'effectuais mes lectures pour le Prix Landerneau (je vous en reparlerai bientôt) j'ai écouté un des romans de cette année : Gillian Flynn, Dark Places publié sous le titre Les Lieux Sombres, en 2010 (traduction assurée par Héloïse Esquié.)

Alors, évidemment, vous allez penser que j'ai des actions chez Sonatine (j'aimerais bien) - mais non.

Les Lieux Sombres, c'est encore une fois quelque chose de nouveau dans le polar - c'est tout de même pas de ma faute si ils ont le nez fin, hein?53120613.png

Libby Day est la petite dernière d'une famille sauvagement assassinée en 1985. Son frère, Ben, est en prison depuis 24 ans. Elle a témoigné contre lui - mais, de toutes manières, tout le monde le pensait et le voulait coupable. Solitaire, taciturne, accusé le jour même des meurtres d'attouchements sur des gamines, on le disait sataniste et il n'avait pas d'alibi. Sa mère et ses deux petites soeurs ont été tuées - au couteau, à la hache et au pistolet.

Libby vit plus ou moins recluse depuis. Incapable de travailler ou d'avoir une vie sociale normale, elle est maintenant au bout des rentrées d'argent que lui ont apporté une collaboration à un livre sur le massacre et aux dons qui ont afflué, il y a longtemps...

Lorsqu'elle est invitée par un groupe d'allumés (le Kill Club) qui se passionnent pour les meurtriers plus ou moins célèbres et leurs victimes plus ou moins oubliées, elle n'accepte que parce que 500 dollars lui sont promis. Et d'apprendre qu'un groupe de personnes continuent de croire en l'innocence de Ben relance les souvenirs et le besoin vital de savoir ce qui s'est réellement passé.

Ce n'est que le début, les amis! Cette terrible enquête est menée par une victime au coeur du drame familial, dans les lieux sombres de son passé et de l'ancienne géographie de la tragédie - une petite ville du Kansas dans une ferme misérable. Mais il y a plus. Le récit alterne les retours sur l'ensemble de la journée des meurtres, selon les points de vue de la mère et de Ben, heure par heure, et le récit des avancés de Libby dans le présent. Les deux chronologies avancent en entonoir jusqu'à un dénouement magnifique et une surprise de taille.

Comme dirait Bardamu, Ca débute comme ça :

"La Mesquinerie qui m'habite est aussi réelle qu'un organe. Si on me fendait le ventre, elle pourrait fort bien se glisser dehors, charnue et sombre, tomber par terre, et on pourrait sauter dessus à pieds joints. C'est le sang des Day. Il a quelque chose qui cloche. Je n'ai jamais été une petite fille sage, et ça a empiré après les meurtres."

 

Nous sommes en janvier et je viens de lire un des livres qui sera dans mon TOP10 de l'année 2011! C'est pas une sacrée bonne année qui commence, ça?

Ou alors l'année sera vraiment exceptionnelle. Les Lieux Sombres, en tout cas, est un roman policier d'exception.

 

Signé Stéphane.

 

Commenter cet article