Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Agon-Coutainville, 2 minutes d'arrêt : sur La Paresse et l'oubli de David Rochefort - une lecture critique de Stéphane

4 Mars 2010, 21:50pm

Publié par Seren Dipity

La Paresse et l'oubli de David Rochefort est un livre qui avait tout pour me plaire : un titre accrocheur (plus un titre d'essai ou de recueil), un début comme je les aime (voir suite), un provincial qui vient d'Agon-Coutainville (vous ne connaissez sans doute pas mais figurez-vous que j'y passe mes vacances d'été depuis quelques années - enfin, pas loin!) et un anti-héros (le même) qui "aime les débuts de roman".paresse.jpg
Faut que j'écrive à ma mère pour lui jurer sur sa tête que NON je ne suis pas l'auteur de ce livre!
Et voici le début du roman (par quelqu'un donc qui a un personnage qui "aime les débuts de roman") :

Pour une raison qu'il ignore encore à cette époque, le destin de Claude Bernard de Sainte-James fascine Benjamin Ratel. Il a dix-sept ans et il découvre les voluptés de la déchéance, le charme poisseux de l'échec.

La quatrième de couv' nous dit, d'emblée, Roman d'une génération, celle des années 90 du siècle précédent.
Je ne sais pas. Oui, sans doute. Mais peut-être la génération d'avant aussi alors... Ce qui est marrant, c'est que j'ai l'impression qu'on a tous connu (ou on a tous été un peu) les héros de ce roman. Révolutionnaires, cyniques, pseudo-intellectuels et vrais déglingués...
Je vous garantie que je pourrais vous donner et des noms et des exemples de jeunes gens comme ça. Rien que dans les Serendipity members, j'me demande si y aurait pas quelques spécimens (Arnaud & Jean-Philippe, vous avez vu, je suis sympa, je ne vous ai pas nommés!)

Contrairement à ce que laissait penser le début de cet article, le roman m'a plu. Vraiment. David Rochefort sait manipuler son lecteur - ce qui est évidemment une qualité, je me demande même si ce n'est pas la plus grande qualité d'un écrivain*? Et, comme le dit encore la 4ème de couv', il a le sens de la formule. J'ai même, quelques rares fois, pensé à Beigbeder. Si, je vous jure. En fait, c'est un peu Beigbeder qui n'aurait pas trempé dans la pub et la hype 80's, juste dans l'Internationale Situationniste - ce qui est déjà pas mal. Le recours à la 'formule' est moins systématique et, donc, plus efficace.

A découvrir, assurément.

Signé Stéphane.

********************************************
* voir l'essai d'Umberto Eco, Lector in fabula (Livre de Poche)
 

Commenter cet article