Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

En noir et jaune : sur Des cliques et des cloaques de Jim Thompson - une lecture critique d'Alexandre

26 Avril 2011, 22:03pm

Publié par Seren Dipity

Le film "The killer inside me" à peine fini, me reviennent à l'esprit quelques ouvrages de Jim Thompson comprimés dans ma bibliothèque. Illico, je me jette sur le folio policier  Des cliques et des cloaques. Comment avais-je pu l'oublier celui-ci ? Trois lignes me suffisent pour comprendre que je ne vais pas tarder à lui faire sa fête. 9782070497157FS.gif

 
Bon résumé un livre de ce genre n'est pas une mince affaire. Parmi un million de solutions, on peut choisir celle-ci :
Prenez un shaker, versez-y en vrac un représentant en commerce de porte à porte, une boutique le "Bazar à sans sous", des clients mauvais payeurs et fauchés, des articles sans grandes valeurs, un patron-traîne-cul-et-fouille-merde (Staples), un vieille peau au nez en bec de corbeau, une bonne petite mignonne (Mona), une épouse casses-bonbons (Joyce), un crétin de passage (Pete) et un gros paquet de biftons. Secouez énergiquement. Versez le tout dans un grand verre à whisky. Envoyez-vous le tout cul sec et acceptez l'ivresse telle quelle vient. L'ivresse, vous savez, cela peut se gérer dans la dignité tout comme finir en fous rires, chansons paillardes ou en gros bordels à se taper la tête contre un mur. 
Pas très explicite, je le reconnais. Mais pour comprendre Jim Thompson, il faut lire Jim Thompson. Accepter son histoire qui finit en queue de poisson. Admirer son sens de la formule. Admettre que ses personnages ont du caractère. Franck Dillon, par exemple, est un raté que la vie n'aide pas, une déveine incroyable lui file aux trousses, il se croit généreux mais en vrai c'est un parfait connard et un brin schyzo par dessus le marché.
 
Ce livre, bien qu'écrit au milieu de ce bon vieux XXème siècle, reste extrêmement moderne et le sera probablement encore dans 66 ans au100ème anniversaire de la mort de Jim Thompson. Raison suffisante pour confirmer ce que chaque initié sait déjà: Jim Thompson est un génie de son genre. 
Des cliques et des cloaques que vous avez peut-être tenu, ou vous allez éventuellement tenir entre vos mains, a inspiré le film d'Alain Corneau Série noire avec Patrick Dewaere.
 
Un avant goût ? 
 
"- Franck, voyons ! Et moi qui vous ai toujours considéré comme le meilleur de mes représentants; au sens affreux du terme, bien entendu. Vraiment, vous ne voyez pas ce que la situation a de paradoxal ?
 - Et bien je vais vous dire (...) mon point de vue, Staples. Ces salauds dont le nom figure dans nos fichiers, moi, je n'essaie pas de les comprendre : ce serait du temps perdu vous pigez ? Il ne faut pas leur demander de se conduire de façon logique. D'ailleurs, s'ils n'étaient pas tous plus cinglés les uns que les autres, ils ne se serviraient pas chez nous. Il n'y a qu'une chose qui m'intéresse : savoir s'ils ont un peu de fric; et, quand ils en ont, tâcher de leur faire cracher.
 - Bravo ! (Staples applaudit) Bravo ! Vous parlez comme un digne représentant du Bazar à Sans Sous." 
 
Signé Alexandre.

Commenter cet article