Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Les 7 mercenaires : sur La Gueule de l'emploi de Vincent Wackenheim - une lecture critique de Stéphane

11 Mars 2011, 22:06pm

Publié par Seren Dipity

Encore un western? Les Sept mercenaires? Non.

Après les univers de Charles Portis, Kem Nunn et de CJ Box, j'avais envie de revenir en France avec un bouquin un peu plus léger. J'avais un Dilettante sous la main, pourquoi chercher plus loin? Je connaissais l'auteur pour avoir lu La Revanche des Otaries l'an dernier. Je m'étais bien marré.

Deux smileys me fixaient, l'un souriant, l'autre boudant. 

Bonne couv', comme d'hab' !

Direction le pôle. Ni nord, ni sud. Pôle Emploi : dans le "groupe Activation-Motivation du mardi matin à destination des cadres sup tendance senior". Suivez le guide, ça va pas être triste!

Dès l'ouverture :

"Ca avait tout de suite commencé bizarre."

C'est le genre de première phrase qui me plaît, moi. Je suis happé, comme on dit -happy même.

C'est donc l'histoire d'un groupe de cadres sup qui se retrouvent à pointer et qui vont nouer des liens de solidarité et trouver leur voie grâce à leur intervention pour sauver un ami d'une bande de petits gangsters : LGDE - La Gueule De l'Emploi.

Rapidement, être ensemble et jouer des rôles les rapprochent :

"Ca nous a semblé une éternité de ne pas se voir pendant une semaine, on avait tous déjà rangé la cave trois fois, les affaires d'été, les affaires d'hiver, classé les papiers, trié la pharmacie, rattrapé quinze ans de retard dans la gestion des albums photos - et mis le nez dans les devoirs des enfants, pour leur plus grand désespoir, et le nôtre. J'ai dit à ma femme, chérie, je me couche tôt, demain je vais à Activation-Motivation pour le travail de deuil, elle m'a répondu question travail tu ferais mieux de trouver du boulot, la banquier a encore appelé, ta mère aussi."

Non seulement le roman est drôle et subversif mais il est porté par une écriture poétique et savoureuse comme du San A. ou du Audiard - et pleine de bon sens avec ça! L'univers est humain et très touchant :

"On  dit toujours le destin! le destin! Pas faux. Parfois, ça bouge, et on ne sait pas pourquoi. Le bonheur, c'est quand le hasard a rendez-vous avec la chance."

Notre groupe de 7 mercenaires va vite trouver beaucoup de boulot : "faire office de" devient leur office à eux et, dans cette branche, le boulot de manque pas et les billets remplissent vite les lessiveuses :

"Ce mercredi j'étais seul au kébab, occupé à ranger les billets par couleur, ça s'appelle la comptabilité."

Je ne vous dirai pas la suite de leurs aventures ou comment cela finit tant Wackenheim s'en sort bien...

Rejoignez la bande des 7 et gardez LGDE!

 

Signé Stéphane.

 

 

 

 

Commenter cet article