Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Ce soir, à l'affiche! : sur Ils ne sont pour rien dans mes larmes d'Olivia Rosenthal - une lecture critique de Lucie

14 Juin 2012, 14:26pm

Publié par Seren Dipity

"On peut vivre par procuration des choses incroyablement douloureuses." 

9782070137176.jpg

 
A un moment de nos vies, on a tous eu un film qui nous a marqué. Qu’il nous ait fait rire ou pleurer, ce film reste dans notre mémoire comme ayant été très important. Pourtant plus tard on le regarde de nouveau, mais l’effet n’est pas le même, on ne ressent plus la même chose. Pourquoi ?? Ou alors il  nous refait pleurer à chaque fois. Pourquoi ??

 

Ce sont ces réactions que nous livre Olivia Rosenthal dans son nouveau roman. Plus qu’un roman, c’est une étude de la répercussion que le cinéma peut avoir sur les gens. En plusieurs chapitres traitant tous d’un film différent, Olivia Rosenthal explore l’importance de la fiction et du cinéma; qu’on aille au cinéma pour se divertir, pour oublier, pour fuir, on a tous un film qui a changé notre vie !

Avec Thelma et Louise, Annick change de vie, Nuit et brouillard bouleverse le monde de Denis…tant d’histoires où la fiction et le cinéma modifient la réalité. Tant de vies changées par un film !

Et vous, quel film a changé votre vie ??

Avec une écriture fine qui rappelle son précédent roman Que font les rennes après Noël ?, Olivia Rosenthal confirme ici son style particulier et extrêmement plaisant. Pour ceux qui ne la connaîtraient pas encore, il y a un bel univers à découvrir !! Et pour les retissant, sachez que c’est un livre très court qui se lit en très peu de temps ; et oui ce ne sont pas que les gros pavés qui font les bons romans !!

 

Un petit avant goût pour vous mettre en appétit:
"Vertigo est un mot latin signifiant étourdissement. C'est aussi le titre d'un film. Vertigo le film raconte l'histoire d'un homme qui par deux fois essaye de sauver une femme de la mort et par deux fois échoue. Par cet exemple, on voit que la fiction dépasse la réalité puisqu'une même femme peut se défenestrer à deux reprises (ce qui est rare) et peut, ce qui est plus rare encore, mourir deux fois de suite. Le cinéma amplifie donc la puissance des drames humains en les redoublant."
Signé Lucie
Olivia Rosenthal, Ils ne sont pour rien dans mes larmes, Edition Verticales

Commenter cet article