Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

L'homme de sang : sur L'Invisible de Robert Pobi - une lecture critique de Stéphane

2 Juin 2012, 22:33pm

Publié par Seren Dipity

Pobi.PBS.med.jpgC'est la dernière sensation Sonatine! Robert Pobi est traduit pour la première fois en France (par  l'excellent et prolifique Fabrice Pointeau) et L'Invisible (Bloodman en vo) nous permet de découvrir un auteur sacrément efficace. Trois autres romans sont évoqués sur le site de l'auteur, tous à paraître. Autant dire que quelques belles sueurs froides nous attendent.

L'Invisible s'ouvre avec deux citations en exergue, Dickinson et Dante, et débute sous l'eau, à Montauk, Long Island au quatrième jour. Une tempête effroyable a tout balayé. Quand vous aurez terminé L'Invisible, relisez tout ça. Et vous comprendrez pourquoi j'aime tant les débuts de roman.

" Soixante mètres sous la surface de métal ondulant de l'Atlantique, une poignée de fantômes glissaient sur le fond de l'océan dans un roulement heurté et tumultueux, déferlant dans un ballet diluvien."artoff148.jpg

Quatre jours plus tôt, Jake Cole est revenu à Montauk pour s'occuper de son père, Jacob Cole, un peintre qui n'était pas juste un contemporain de Warhol et de Pollock mais aussi leur égal et ami. Souffrant d'Alzheimer, il s'est brûlé gravement les mains avant de se jeter par la fenêtre. Le père et le fils ne se sont pas revus depuis près de trente ans. Jake est devenu l'un des meilleurs spécialistes des tueurs en série, grâce, surtout, à sa mémoire photographique et ses dons pour lire une scène de crime. Alors qu'il pensait régler rapidement les affaires de son père et repartir, il est appelé sur une scène de crime particulièrement horrible : une femme et son fils ont été écorchés vifs. Face au manque de compétence des autorités locales, Jake reste et s'occupe de l'enquête. Ce crime réveille des vieux démons puisque la mère de Jake a été assassinée de la même manière, trente-trois ans plus tôt. Et ce n'est qu'un début...

Pobi est un romantique machiavélique : il connaît l'importance des rapports humains, entre eux et avec la nature, et c'est un manipulateur de première. Vous risquez fort de chercher des réponses à vos questions (le fameux "whodunit?") pendant longtemps (c'est à dire jusqu'aux toutes dernières pages) sans rien trouver.

Définitivement un auteur à découvrir et à suivre.

 

Signé Stéphane

Commenter cet article

livre sur le poker 02/07/2012 11:51


Le récit mêle un peu de thriller, à du surnaturel et le tout sur fond de coup de foudre amoureux, un cocktail original. Dommage qu’il laisse le lecteur qui aurait souhaité en découvrir plus, sur
sa faim en attendant la suite. Ce premier volume étant plus une longue mise en place. L’homme se sang est une première œuvre assez courte qui de par la qualité de l’intrigue et
la fluidité de l’écriture se déguste assez facilement. Un auteur à surveiller.