Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

All together now : sur Avant la chute de Fabrice Humbert - une lecture critique de Stéphane

25 Octobre 2012, 22:00pm

Publié par Seren Dipity

Après La fortune de Silla, Avant la chute continue l'exploration du monde, de la mondialisation, de l'homme au coeur du maelström contemporain. A travers trois destins, par delà les océans et les frontières, FabriceAvant-la-chute-Fabrice-Humbert.jpg Humbert fouille et creuse, la misère, la violence mais surtout s'interroge sur la réponse que chacun tente de donner aux dangers qui menacent le monde, dans ses moindres recoins, car "personne, nulle part, n'échappait aux flux et aux reflux du monde, à l'immense pulsation du monstre moderne. Pas plus dans un petit district au sud de la frontière que dans un village de pêcheurs en Thaïlande ou une campagne française. Tout et tous étaient liés."

Cette réflexion du sénateur Uribal, dans les premières pages du roman, résume bien Avant la Chute et fait écho à la citation placée en exergue, de Paul Valéry : "Deux dangers ne cessent de menacer le monde : l'ordre et le désordre."

L'équilibre est plus qu'instable, comme le prouve le roman. Trois parcours donc, trois luttes pour survivre. 

Le roman s'ouvre sur un coin reculé du monde, par une petite fenêtre, dans la simplicité du labeur honnête d'une famille de paysans, en Colombie :

"Ils avaient travaillé dur. Ils avaient coupé les hauts arbres, les mules avaient tiré les troncs à l'écart du terrain, et ils avaient brûlé les souches avant de les arracher. Ils avaient égalisé les sols et Dieu sait comme la tâche avait été longue et difficile, usante pour les organismes."  

   

Quand la crise frappe le monde, l'effet papillon frappe aussi ici. C'est le début de la dégringolade, de l'errance, de la rencontre avec le désordre du monde. Les deux filles de ce paysan seront emportées par le courant violent qui balaye la planète.

Le  sénateur Urribal participe à la commission luttant contre les cartels, au Mexique*, il a du pouvoir et de l'argent mais ni l'un, ni l'autre ne peuvent rien ici tant les racines sont profondes et les ramifications tentaculaires dans ce pays "à feu et à sang".

Le jeune Naadir vit en banlieue, dans une cité. Naadir est intelligent, curieux et très bon élève. Ça en fait une cible rêvée pour les durs du coin mais l'ombre de son grand-frère suffit à le protéger. Jusqu'à quand?

Vous vous souvenez du film de Kassovitz, La Haine. "Jusqu'ici tout va bien..." "Le plus dur c'est pas la chute, c'est l'atterrissage."

Passant de l'un à l'autre de ces trois personnages, Fabrice Humbert tisse son roman, comme se tisse le monde (c'était quoi la phrase de Barthes sur tissu/texte?) et c'est grâce à son empathie et sa documentation que le roman fonctionne. Dans une langue simple et précise, Fabrice Humbert transforme ce grand brouhaha en symphonie, et orchestre parfaitement sa narration. Le lecteur est happé et ne peut resté insensible à ces trois destins.

"Urribal, depuis, avait compris cela : c'est au moment où les êtres sont enveloppés de lumière qu'ils commencent à chuter. On croit qu'ils brillent alors qu'ils brûlent."

 

Clairement un des execellents romans à ne pas rater dans cette bonne rentrée.

 

Signé Stéphane

___________________

* Souvenez-vous de Triple Crossing de Sebastian Rotella, ICI.

Voici la présentation du roman par Fabrice Humbert : ICI

Commenter cet article

bea 18/04/2014 10:17

Coup de coeur pour ce livre, deux ans après sa sortie...

cathe 11/11/2012 15:57


Je viens de le lire et pour moi aussi c'est un coup de coeur de la rentrée littéraire !