Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

These books are made for walking (and that's just what they'll do) : sur Little Bird de Craig Johnson - une lecture critique de Stéphane

29 Mai 2009, 18:01pm

Publié par Seren Dipity

Vous rêviez d'être cowboy vous aussi? Ou indien. Ou John Wayne. Ou Clint Eastwood. Plus tard, vous rêviez même d'être Sergio Leone.
Nous avons les mêmes rêves.
J'espère que dans nos lectrices, certaines rêvaient d'être Nancy Sinatra et de chanter cette chanson utilisée dans le titre - le K n'étant bien sûr pas une coquille.
Straight to the point, now. On va vers l'ouest et on a un beau bout de chemin à faire alors faut pas traîner. Hue!
Les éditions Gallmeister nous entraîne une nouvelle fois dans l'ouest, direction le Wyoming.
C'est pas le trou du cul du monde, le Wyoming. Naaann. C'est l'apendice qui se trouve au fond du trou. L'état le moins peuplé des Etats Désunis d'Amérique.
Mais ça a de la gueule : 


Imaginez dans ce beau paysage, un vieux shérif un peu bourru et son frère d'arme au Vietnam, un indien authentique, une adjointe qui dégaine les vannes plus vite que son ombre, un autre shérif à la retraite qui aime transformer le nom des indiens (Standing Bear devient Ladies Wear !!!), sans oublier le resto-burger du centre ville. Tous les personnages sont authentiques et attachants. L'intrigue est là, en plus, solide et bien menée. Le Wyoming est si présent et tellement célébré dans sa pureté et sa wilderness qu'il devient un personnage du roman. 
Et puis... les dialogues les amis... ça fuse dans tous les sens. Quelque soit la scène, l'humour, l'ironie et l'auto-dérision sont permanents. Un vrai régal. J'en ai tiré quelques extraits :

"Willis me demanda qui avait refroidi Cody Prtichard, et je m'étonnai : pourquoi, à chaque fois que quelqu'un mourait dans cette ville, tout le monde se mettait tout à coup à parler comme Humphrey Bogart?"

"Elle baissa les yeux sur mon assiette, qui se vidait rapidement.
_ Comment tu trouves ton repas?
Je cessai de mâcher suffisamment longtemps pour répondre :
_ Epouse-moi.
_ C'est si bon que ça?"

"Son ton était hésitant et j'étais certain qu'il y avait quelque chose à creuser, là. Alors, j'avais utilisé un de mes vieux trucs de flic et je lui avais demandé s'il n'y avait pas quelque chose qu'elle voudrait me dire. Elle avait utilisé un de ses vieux trucs de mère et m'avait répondu non. Les trucs de flic ne font pas le poids devant les trucs de mère."

Et il y en a des centaines. C'est un peu Woody Allen mélangé à du Raymond Chandler.
C'est bon, tellement bon... C'est la premièr enquête de Walt Longmire et j'attends la suite avec impatience (5 pour le moment).
Bravo Gallmeister!

Bonus, allez faire un tour sur le site de l'auteur et lisez l'interview (en anglais) :

http://www.craigallenjohnson.com/

+ le site de Gallmeister :
http://www.gallmeister.fr/livre?livre_id=486


PS : moi je voulais être indien, petit.


Signé Stéphane. 

Commenter cet article