Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

30 millions d'amis : sur Le Temps du Loup de Kanger et Le Tigre Blanc de Adiga - une lecture critique d'Arnaud

2 Mai 2010, 22:03pm

Publié par Seren Dipity

Le temps du loup, Thomas KANGER - Ed. 10/189782264051004
 
Aaaaaaah voilà du bon nordique, simple, lent, efficace.
C'est vrai qu'on a tout vu, tout lu, tout essayé dans le suedois, le norvegien, ou le danois, et pourtant quand c'est bon et bien fait, pourquoi s'en passer?
Une double enquête, avec d'un côté la commissaire Elina Wilk, qui reprend une enquête vieille de 25 ans pour faire plaisir à un collègue, et de l'autre côté, une jeune fille de 25 ans (tiens, tiens..) qui désire en savoir plus sur ses origines.
En plus du fait que l'héroïne est une femme, la progression et les deux enquêtes que l'on devine parallèles et liées, sont menées de façon telle qu'on ne s'ennuie jamais , et qu'on en apprend (encore ) un peu plus sur le système policier, économique ou plus simplement social de la Suède.
A noter que le nouvel opus de Thomas Kanger Les disparus de Monte Angelo vient de sortir en grand format aux Presse de la Cité, et que je devine en m'avançant et donc sans même l'avoir lu qu'il va être tout aussi bon.
 
Le Tigre Blanc, Aravin ADIGA - Ed. 10/189782264048677.jpg
 
"Le tigre blanc est une espèce de fauve très rare, il n’apparaît dans la jungle qu’une fois par génération. Le tigre parmi les tigres."
 
Cette mystérieuse sentence nous éclaire beaucoup sur le titre du bouquin avant et surtout après la lecture.
J'étais passé complètement à côté de cet étrange histoire lors de la sortie en grand format chez Buchet-Chastel (qui sait souvent proposer des choses différentes ET de qualité).
 
Le livre raconte de manière progressive et détaillée l'ascencion d'un jeune indien, pauvre comme il se doit, exploité, traité comme un moins que rien dans la société qui continue à être régie par la loi du plus fort.
Jusque là, pour le résumé et le thème, rien de bien original.
Si ce n'est que chaque chapitre et donc le premier, il va de soi, le "héros", le protagoniste", Balram, s'adresse au premier ministre de la Chine.
Pourquoi donc un simple et pauvre indien parmi des milions d'autres, décide, nuit après nuit, d'écrire et de raconter son histoire, son évolution au premier ministre chinois?? TTTTTTT
Pas question d'en révéler d'avantage, il faut o-bli-ga-toi-re-ment lire la vie de Balram, racontée par lui même, pour découvrir qui il est, qui il devient et comment il s'en sort dans un milieu ou l'espoir ne représente que le souffle de vie laissée par ceux qui vous exploitent. Decouvrir jour apres jour, labeur apres labeur, rencontre apres rencontre quelle voie Balram a décidé de choisir pour s'en sortir.
 
En plus, mes oreilles qui traînent beaucoup en librairie, m'ont fait comprendre que ce livre, sans aucune difficulté de lecture, plaît tout autant à ceux qui veulent du pointu et du "bon" qu'à ceux qui veulent simplement lire une histoire original et dépaysante.
 
Signé Arnaud

Commenter cet article

raoulo 03/05/2010 06:15



J'ai oublié de préciser un élément méga-hyper-trop important: la couverture du Thomas Kanger est PARFAITE! et bravo à Steph pour l'à propos
et la finesse de ses titres!