Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

ALICE AU PAYS DES NOMBRES

1 Avril 2009, 22:14pm

Publié par Seren Dipity

Quelques récentes lectures se font étrangement écho. Tous sont liés par un prénom, Alice, ou par une importance donnée aux maths et aux chiffres, voire les deux comme chez l'italien Paolo Giordano. Curieux, non? Ouais, moi je trouve.
Et franchement, le simple fait que je me trouve à vous parler de maths est assez curieux en soi, croyez-moi. Je vous jure qu'on revient de loin!

Pour justifier ce regroupement, eh bien, sincèrement, je ne crois pas qu'on puisse nommer une héroine de roman Alice sans arrière pensée. 
Voici la liste de ces livres :
 
Surdouée, de Nikita Lalwani, chez Flammarion
La Théorie des Six, de Jacques Expert , chez Anne Carrière
A la Recherche d'Alice, de Sophie Bassignac, chez Denoel
La Solitude des Nombres Premiers, de Paolo Giordano, au Seuil
Le Dieu des Animaux, d'Aryn Kyle, chez Gallimard
 
Je ne vais pas vous mentir : je n'ai pas encore lu Aryn Kyle mais j'y compte bien. Pour le reste, attention aux bonnes lectures et aux autres...

Surdouée de Nikita Lalwani est une très belle plongée dans la jeunesse d'une gamine et ado anglaise pendant les années 80. De parents indiens, la gamine vit dans le déracinement et dans l'obsession de son père d'en faire une génie. Mais la surdouée a d'autres rêves (plus littéraires!) et le simple projet de profiter de la vie (les maths ne sont pas bons pour la santé, je l'ai toujours dit)

La Théorie des Six
de Jacques Expert n'est pas un excellent polar. En fait, je suis désolé, y a que l'idée de départ qui est intéressante. Bon, ça se laisse lire, hein, j'ai pas dit que c'était nul mais, franchement, les surprises sont rares, le suspense aussi et les personnages sont un peu creux. Je suis allé au bout quand même, donc le roman est efficace...
L'idée de départ vient de la théorie des six de Karinthy. Elle est expliquée ici :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Frigyes_Karinthy


Le truc avec ce livre c'est que, arrivé à la fin, vous testez la théorie et là... Bah mince : ça marche.
Tiens, pour vous le prouver en essayant de ne pas trop me la péter (comme disent les jeunes -dont je suis encore) :
Il y a quelques semaines, dans le train, je rencontre Philippe Beaussant. Je le connais suffisamment pour engager la conversation. Bon c'est pas Obama, Beaussant mais quand même, il est connu ! Il est même immortel ! Si, si, je vous jure... A l'Académie Française... Bref. Je le connais parce qu'il est venu en dédicace et qu'il était client dans la librairie où je travaillais. 
Mais le truc avec cette théorie, c'est que vous ne vous demandez pas "Combien de maillons y a-t-il entre moi et Philippe Beaussant?" Non. On ne se demande pas ça. Enfin, les gens normaux ne se demandent pas ça... Bref.
On se dit "Combien de maillons entre moi et Obama?" Entre moi et le Dalaï Lama?"
On se dit, putain, ça va pas marcher sa théorie, là, à l'autre illuminé... On se croit malin!
Et, un jour on prend le train, à Paris. Et on tombe sur Philippe Beaussant.  On lui serre la main. On discute. Monsieur Beaussant a l'air fatigué, fébrile presque. Et il me dit qu'il vient (une heure avant) de rencontrer notre cher président, Mister Sarko himself... Il vient de lui serrer la paluche... En vrai, hein... Et là vous regardez votre main et vous vous demandez si vous devez la laver tout de suite ou non... Beaussant était invité (avec d'autres gens lettrés et cultivés) pour réfléchir à un projet futur de Sarko sur la gestion de la culture (Ministère ou pas...)
Mais, à la limite, on s'en fout... On sait que Sarko change tout donc pourquoi pas ça... Non, à ce moment là on se dit Karinthy avait raison. Imaginez ça : entre Sarko et moi maintenant il n'y a qu'un maillon! 2 jusqu'à Obama! 2 jusqu'au Dalaï Lama!

Bref. C'est rigolo cette théorie. Mais puisque on est là pour parler de livres, le livre de Jacques Expert n'est pas rigolo. Agréable sans être palpitant.

Pour revenir à nos Alice (perdues aux pays des nombres ou non), le deuxième roman de Sophie Bassignac, après Les Aquariums Lumineux (également chez Denoel).
Ce roman contient, lui, des vraies surprises et sans doute plus de suspense que le thriller d'Expert. Pourquoi? Comment? Les personnages d'abord. Alice, évidemment, qui n'a pas oublié d'être rêveuse et audacieuse. Badge des Beatles en guise de broche (je dois avouer que ça m'a emballé d'entrée), elle vit dans un monde où l'extravagance pervertit ou embellit sans cesse le quotidien, et, elle fuit son passé en valsant autour de statues de satyres...
Et il y a le flic à la dérive sentimentale et son collègue déchu, la grand-mère bourgeoise et philosophe, le père hippie et fou (pour les Happy few dirait Stendhal!)
L'écriture ensuite et le ton : c'est frais comme une journée d'hiver pluvieuse, lors d'un enterrement (magnifique scène dans le livre) et étrange comme cette première scène avec le flic blasé et bourru qui rappelle le film Garde à Vue.
Sophie Bassignac confirme son talent dans ce deuxième round de sa jeune carrière.

On va finir en beauté avec, une fois n'est pas coutume, un italien : Paolo Giordano et son MAGNIFIQUE premier roman, La Solitude des Nombres Premiers. Bravo Le Seuil : très belle couverture, superbe traduction.
Comme d'autres italiens avant lui, Paolo Giordano sait construire un roman et il sait qu'une bonne ouverture peut faire la différence (voir notre rubrique TOUJOURS A L'AFFICHE)
Ca devient presque énervant tellement ils sont brillants ces jeunes auteurs italiens! Faudrait que j'en lise un ou deux de mauvais quand même.
Mais là, non. C'est réellement fort. Intelligent, très bien écrit, surprenant et émouvant de bout en bout. Avec ces faux jumeaux qui ont perdu leur moitié (ça vous rappelle vos cours de philo sur l'amour? - nous aussi!), Giordano parle d'émotions et vous bouleversera.
Bah mince alors, si les matheux * se mettent à écrire comme ça, je ne dirai plus de mal des maths!
* Il prépare actuellement un doctorat en physique théorique.

Signé Stéphane

Commenter cet article