Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Cinquante nuances de gr...yffes! : sur Ric Rac d'Arnaud Le Guilcher - une lecture critique et lubrique de Stéphane

27 Février 2015, 13:50pm

Publié par Seren Dipity

Je l'avoue d'emblée : j'ai une tendresse pour Arnaud Le Guilcher. Il est drôle, il aime les bêtes, il aime le rock, et il est d'un romantisme torride. Bref, Arnaud c'est votre meilleur pote. En mieux.*

Pour ceux qui seraient encore dans l'ignorance la plus crasse et continuent de penser que le roman drôle en France est mort avec Frédéric Dard et qu'aujourd'hui la relève c'est Puertolas**, voici ce que vous avez raté : En moins bien ICI, Pas mieux LA et Pile entre deux AU FOND A GAUCHE.

Ca débute comme ça :

"Si je devais me présenter, je dirais ça : je m'appelle Jean-Yves mais tout le monde m'appelle Jeanyf. J'ai quatorze ans. Je suis un pécore qui vit à La Sourle, un village situé en lisière du trou du cul du monde."

Immédiatement, la plume d'Arnaud est là. Drôle et fluide. Efficace. Jeanyf donc. Jeune footballeur, il ne lui manque de 40 cm pour pouvoir devenir une star du ballon. Il a un été pour grandir sans quoi il ne pourra intégrer le centre de formation... C'est Michel Platane qui l'a décidé : "Pour resituer Michel Platane à ceux qui ne le connaissent pas, il suffit de dire qu'il fait partie de cette génération de fooballeurs perdue enre celle de Platini et celle de Zidane. Obscur vendangeur de buts tout cuits, tâcheron évoluant en quatrième division, Platane, en tant que joueur, ne valait pas tripette. Il s'est fait un nom dans les instances fédérales en mettant en place un système de formation aux préceptes pas très éloignés de ceux de la Légion étrangère : endurance, discipline, soumission."

Bref, Platane prend sa revanche sur cette voyelle qui le sépare de la gloire.

Pour Jeanyf, la gloire est au bout du chemin. Enfin, surtout des quarantes centimètres qui lui manquent. De retour à La Sourle, où "à part vieillir y a rien à faire", il doit gérer la douce folie de son père, complètement ravagé par la perte de sa femme Yvette pour laquelle il a transformé leur maison en Taj Mahal singulier : ses sculptures d'Yvette sont omniprésentes. Mais genre omniprésentes partout, hein ! Jeanyf va chercher de l'aide auprès de son oncle, Pierryf, sorte de rebouteux aux odeurs de patchouli qui ne manipule pas que des tisanes. L'été prend une sacrée tournure quand un couple achète la grande demeure à côté de chez eux et transforme la maison en lupanar haut de gamme avec donjon aménagé, sex-toys à gogo et perversions en tous genres... Et quand Jeanyf rencontre la fille folledingue de ce couple, qu'il en tombe (plusieurs chutes) vaguement amoureux avant de découvrir qu'elle a d'étranges pratiques héritées de Masoch, l'été s'annonce réellement long et chaud!

Evidemment, nous sommes chez Le Guicher donc le pitch n'est qu'un cadre dans lequel s'ébat une galerie frappadingue de ...Yfs (d'où le titre de ce papier, pour ceux qui n'auraient pas encore compris - mêlé à la folie furieuse du moment avec ces foutues Cinquante nuances qui monopolisent le top des ventes...) et qu'Arnaud fait encore dans la fresque bigarrée au langage fleuri et au rythme endiablé qui sont devenus sa signature.

"T'as braqué la déchèterie ?

- C'est ma maison. Mon tipi.

- On peut dire que t'as le confort modeste.

Pour descendre plus bas que mon cousin, faut faire quoi ? De la spéléo ?"

Entre les titres de chapitres ("Récréatif", "Contemplatif", "Réveillon chez Bob", etc) et l'apparition de Cantona ( la "guest appearance" - une autre marque de fabrique d'Arnaud) le lecteur savoure une nouvelle fois le talent fou et l'hilarante liberté de cet Arnaud !

Vous cherchiez un nouveau pote ? Ne cherchez plus !

Signé Stéphane

____________

* Contraction des premiers titres d'Arnaud... Et j'en profite pour saluer l'autre Arnaud (chez Robert Laffont) qui m'a envoyé le livre... Quand j'vous dis que les Arnaud sont des chics types!

** Garcin au Masque et la Plume qui s'extasiait devant la nouveauté d'avoir un roman drôle en France... Quelle blague ! Quel déconneur ce Garcin !

Commenter cet article