Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Le deuxième sexe : sur L’Amour et les forêts d’Éric Reinhardt - une lecture de Jérémy et Isabelle

4 Septembre 2014, 09:00am

Publié par Seren Dipity

C’est en découvrant une lettre d’une de ses lectrices que le narrateur (Éric Reinhardt himself) rencontre Bénédicte Ombredanne, jeune femme mariée de deux enfants et professeur de lettres, que tout commence.

 L’histoire d’une femme en détresse psychologique à cause de la violence verbale de son mari. Possessif, narcissique, pervers, il incarne tout ce qui la dégoute. Ne supportant plus la vie qu’elle mène, Bénédicte décidera un soir de flâner sur un site de rencontres.

Elle y découvre Christian, jeune antiquaire, et décide d’aller le retrouver chez lui, au bord d’une forêt, le temps d’une après-midi qui se révèlera être magique. Bénédicte Ombredanne se sent de nouveau heureuse, vivante et libérée. Néanmoins, son rôle de mère étant trop fort elle décidera de ne pas donner suite à cette aventure.

C’est alors que tout s’écroule. Son mari ne cessera de la harceler pour découvrir la vérité sur cette journée où elle est restée injoignable. Un harcèlement poussé à l’extrême qui durera deux mois (et bien plus encore).   Mais que se passera-t-il une fois la vérité découverte? Livrée à elle-même, qu’adviendra-t-il de l’héroïne?

Un portrait de femme poignant. Une écriture dense où les sentiments se superposent. On est étouffé par les quasi-monologues de son mari, heureux de certains dénouements, jusqu’au coup porté à la fin du récit. Un texte fort, faisant réfléchir sur la condition d’être une femme dans notre société où subsistent encore trop de violences physiques et psychologiques pour le seul motif d’être femme.

Chapeau!  

 « J’avais besoin de me prouver que je pouvais me dégager de son emprise, prendre des initiatives qui ne concernent que ma personne, secrètement, comme une femme libre. Je n’ai pas capitulé. Je suis toujours vivante. Je suis seule à diriger ma vie, contrairement aux apparences. La beauté, je sais très bien où aller la cueillir, rien ni personne ne pourra plus m’empêcher d’exercer ce droit, à commencer par mon mari, voire mes enfants, ou le lycée, ou les convenances. Si j’ai envie de faire quelque chose, je le fais. Voilà, vous êtes content? » p. 105

Signé Jérémy.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Bénédicte Ombredanne, jeune professeur de français, vit "enfermée" dans une relation toxique avec son mari. Celui-ci est manipulateur, pervers. Il l'étouffe et elle a peur de voir passer sa vie sans en être l'actrice principale.

 Dans un sursaut, elle décide d'agir. Elle rencontrera par le biais d'internet un homme avec lequel elle aura un après-midi de bonheur. Le prix à payer sera terrible.

 C'est un roman d'amour merveilleux et tragique. On ne peut s'empêcher de penser à Mme Bovary même si j'ai lu qu'Eric Reinhard avait en tête le personnage d'Eugénie Grandet!!! Bénédicte Ombredanne ne pourra vous laisser insensible. Elle semble si frêle et en même temps elle arrive à remuer des montagnes pour essayer de se maintenir en vie coûte que coûte....

A lire absolument car il s'agit d'un très grand roman!

Signé Isabelle

Commenter cet article