Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Godfather* : sur Les Prizzi de Richard Condon - une lecture critique de Pierre

28 Septembre 2014, 13:02pm

Publié par Seren Dipity

Charley Patana est le second couteau de la famille Prizzi, célèbre famille d’origine sicilienne qui a la main mise sur toutes sortes d’activités plus ou moins légales (surtout moins),  en clair ce sont des mafieux. Charley n’est pas un homme de main tout à fait comme les autres, la preuve il poursuit ses études en cours du soir en dehors de son travail. Puis il y a sa relation avec Mardell la mythomane, et par dessus tout la petite fille du Don qui lui fait du gringue. Mais quand on lui demande de descendre son meilleur ami Vito, il comprend que le monde change et en plus il doit retrouver le frère de Vito qui par dépit  brise l’omerta, c’est là que les ennuis commencent vraiment.

 

Les personnages:      

Charley Pattana, le porte flingue qui ne sait pas résister aux femmes.                    

La mythomane Mardell.

L’ambitieuse Maerose, petite-fille du Don.

Et toute une famille, frappée les uns comme les autres

 

Et aussi :                                           

On peut se faire la série complète (en anglais).

Et même revoir ou voir le film :

Et pourquoi pas une petite semaine en Sicile (culture, farniente et bonne bou

ffe)

Sans oublier un bon livre de recette de cette excellente cuisine sicilienne!

A mon humble avis :                      

Même si ce n'est pas vraiment mon genre de littérature préférée, je dois avouer que dès le début on s'attache aux personnages un peu barré qui composent cette famille atypique.  C’est une comédie Italo-Newyorkaise, avec tous les ingrédients qui vont bien pour faire un satyre burlesque et détonant. Entre le tueur au cœur d’artichaut, la mythomane complètement tapée, la fille à l ‘ ambition démesurée, on peut vite se perdre  dans cette folle famille. A lire vraiment pour passer un  bon moment.

Signé Pierre

________________

* Godfather theme, par Slash !

Commenter cet article