Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Bonnes nouvelles du futur : sur Le Livre des prophéties de Glenn Cooper - une lecture critique de Stéphane

22 Juillet 2014, 12:13pm

Publié par Seren Dipity

Ce qui devait être un seul roman est devenu une trilogie. Vu que le monde doit périr en 2027, autant se faire plaisir. Ce n'est pas le polar de l'année mais ça reste une sacrée bonne lecture, un parfait mélange de policier, d'histoire et d'ésotérisme (un cocktail que je goute peu en temps normal, mais c'est l'été, il fait beau et finalement, hein, ça rafraîchit.)

Après Le Livre des morts, Le Livre des âmes, (voir mon papier ICI)  voici donc Le Livre des prophéties.

Ca débute comme ça : 

"PROLOGUE

Ile de Wight, 1775

' Tiens la lanterne droite', dit le vieil homme à la jeune femme."

Après les aventures liées à la découverte de la bibliothèque de Victis et des révélations de Will Piper sur le secret de la zone 51, Will coule des jours tranquilles en Floride. A la retraite, il pêche, essaie de contrôler sa consommation d'alcool, pêche, essaie de résister aux avances des femmes, et sinon, il pêche.

Bref la vie est belle.

Jusqu'à ce que son coeur s'arrête.

Jusqu'à ce que de nouvelles cartes annonçant des morts soient envoyées. A des chinois.

Jusqu'à ce que le fils de Will disparaisse.

Will Piper arrête de pêcher.

Parallèlement, on découvre l'histoire, au XIIIème siècle, de Clarissa, vendue et envoyée au couvent de Victis sur l'île de Wight. Et, au XVIIIème siècle de Benjamin Franklin, en Angleterre. Tout est en place : c'est reparti pour un nouveau volume de la trilogie 'accidentelle' de Glenn Cooper.

D'une efficacité redoutable.

 

Signé Stéphane

Le Livre des prophéties/The Keepers of the library, traduit par Caroline Nicolas. Ecouté lu par David Doersch.

_______________________

 

* Vous racontez les deux premier tomes n'aurait aucun intérêt. Si ce troisième tome vous intéresse et que vous n'avez pas encore lu les deux premiers, commencez par ceux-là. Si c'est fait, vous les résumer serait inutile.

Commenter cet article