Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

God* : sur Le tort du soldat d'Erri De Luca - une lecture critique de Pierre

27 Avril 2014, 20:33pm

Publié par Seren Dipity

Le narrateur est traducteur de Yiddish, il s’installe dans les dolomites et s’occupe en faisant de l’escalade et en travaillant sur des textes. Un soir dans un restaurant, une femme lui sourit sans raison. Elle sera bientôt rejointe par un homme beaucoup plus âgé.

Cette jeune femme a une histoire bien particulière, elle se découvre sur le tard comme la fille d’un criminel de guerre nazi. C’est avec lui qu’elle va bientôt diner.

Les trois protagonistes dînent côte à côte mais séparés, ne se connaissent pas et pourtant le lien imaginaire est en train de se créer.

Extraits :

Lui, le narrateur.

Le vieil homme dit « Bientôt viendra le messie » L’autre, étonné, lui demande ce qu’il entend par là, et il répond : « La mort est le messie, c’est la pure vérité. »

« Le yiddish ressemble à mon napolitain, deux langues de grande foule dans des espaces étroits. »

« Le Yiddish a été mon entêtement de colère et de réponse. Une langue n’est pas morte, si un seul homme au monde peut encore l’agiter entre son palais et ses dents. »

« Escalader est le plus lent des déplacements du corps humai Lle poids sur chaque prise est une syllabe pensée. »

« J’ai la manie de voir de l’écriture partout. »

« Aujourd’hui, j’apprends des grammaires, des alphabets mais je travers les bois sans savoir le lire »

--------------------

Elle, la narratrice.

« En un seul jour, je trouvais un père et je perdais ma mère … Et je sus que j’étais la fille d’un criminel de guerre. »

« Toutes sa vie, il s’est senti traqué, non pas par les autorités autrichiennes, mais par eux. Je les nomme ainsi par respect ? Je crois que ma bouche n’est pas autorisée à designer par leur nom de peuple. »

Le père.

« Je n’ai pas été un hôte du sud, mais un soldat vaincu et poursuivi. Mon tort a été d’être batt. C’est la pure vérité. »

Et aussi :

Relire ou lire le triptyque d’Isaac Bashevis Singer  Le manoir, Le domaineLa famille Moskat qui sont les piliers de la culture Yiddish.

Plonger si on le veut dans la culture Yiddish avec Isaac Babel, Bashevis Singer, Chalom Aleichem… et d’autres.

Cholem Aleikhem Isaac Bashevis Singer

Relire la légende du Golem.

Qui connaît Menahem Zemba, un des trois derniers Rabbin du Ghetto de Varsovie.

Se cuisiner des "turtles", ou des beignets de morue à la mozzarella … Un délice.

Savait vous où se trouve Ischia ?

A mon humble avis :

C’est un court roman que nous livre Erri De Luca mais si intense que l’on ne peut le lâcher. Avec style et précision, il nous plonge dans l’histoire de ces trois personnes que tout oppose et qui pourtant sont liées par leur vécu. Avec une pléthore d’informations sur le monde « Yiddish » et la lecture de la Kabbale. Ce roman est un petit bijou pour ceux qui apprécient cette culture et je suppose qu’il peut être un peu rébarbatif pour les autres. Mais un conseil, plongez quand même, vous ne serez pas déçu.

Signé Pierre

_______________

* Lennon.

Commenter cet article