Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

God's gonna cut you down* : sur Dieu me déteste de Hollis Seamon - une lecture critique de Pierre

3 Avril 2014, 14:38pm

Publié par Seren Dipity

Ritchie a 17 ans et des poussières, c'est un ado comme les autres ou presque car il sait qu’il n'aura jamais 18 ans. Il est à l'hôpital pour un cancer mais que lui appelle un «  DMD » pour Dieu Me Déteste. Coincé dans un service des derniers soins dans un hôpital de New York, il a pour  seule distraction une vue de la rivière Hudson. Il lui reste si peu de temps à vivre et il veut en  profiter  comme n'importe quel adolescent de son âge.

Une de ses  « collègues » est à coté dans une chambre, c'est Sylvie tout juste 15 ans qui sait aussi que son temps lui est compté mais qui a toujours l'espoir. Le quotidien peu banal de cette unité avec les infirmiers, les malades, les parents. Ritchie se laisse embarquer pour une virée avec son oncle un peu barré, et puis retour à la case. C'est son histoire qui est racontée.

 

Extraits :   

"Tu es là pourquoi? ". Et là, je fais mes grands yeux innocents et mon air sérieux, et je réponds : "j’ai un DMD." Là, le type me regarde bêtement en faisant "hein ?", et j’enfonce le clou : "un DMD. C’est un acronyme.oh" Il y en a qui ne savent même pas ce que c’est, alors j’attends une seconde, et je balance "DMD, comme dans Dieu me déteste". C’est assez pertinent, comme diagnostic, vous ne trouvez pas ? Pour moi, pour Sylvie, pour tous ceux de notre âge qui atterrissent dans un endroit de ce genre après ce que nos épitaphes appelleront "un courageux combat contre le…" (au choix) »

" C'est une bonne infirmière, Richard. Vraiment une excellente infirmière. Elle en a bavé, et toi tu viens lui rappeler tout ça. Tout le monde a des problèmes, tu sais? Globalement, le monde est pourri et triste à pleurer. Les gens souffrent, tous sans exception. Tu commences à piger, ou alors tu crois toujours que c'est seulement toi, mon vieux? Qu'il n'y a que toi qui souffres ? Comme si on t'avait choisi?"

A mon humble avis :  

On s'attache vite à cet ado en pleine révolution. Comment vivre quand on sait que la fin approche? C'est un roman  qui vous prend aux tripes assez vite. Mais ne croyez pas que ce soit un roman qui va vous faire pleurer, au contraire vous allez arriver à en rire et c'est la force de ce livre de ne pas nous entraîner dans une sombre empathie.  Richie a un certain sens  de l'humour, une féroce lucidité et une rage surprenante. C'est une méticuleuse description de cet univers de prime abord bien triste,  mais cette fois abordé avec une majestueuse crudité légèrement subversive  et une autodérision quelquefois hilarante. Magnifique, poignant, à lire absolument.

 

Signé Pierre

____________________

* Johnny Cash.

Voir la lecture de Stéphane, ICI.

Commenter cet article