Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

All the things you are* : sur Ceux qui tombent de Michael Connelly - une lecture critique de Stéphane

26 Avril 2014, 14:12pm

Publié par Seren Dipity

Harry Bosch est en fin de carrière. Il attend les résultats de sa demande pour une rallonge. Le titre original du roman est The Drop et fait référence au programme de retraite des policiers. C'est l'acronyme de Deferred Retirement Option Plan.

The Drop est aussi une allusion à l'une des deux enquêtes qui sont confiées à Bosch et son partenaire depuis deux ans, Chu (souvenez ICI ou LA) : un homme, qui se trouve être le fils d'un des ennemis jurés de Bosch, Irvin Irving (le conseiller municipal qui "a passé les trois quarts de sa carrière de policier et de politicien à essayer de mettre fin" à la carrière de Bosch), a été retrouvé écrasé au sol d'un hotel après une chute de 7 étages.

Ca débute comme ça :

"C'est Noël une fois par mois à l'unité des Affaires non résolues."

Bosch qui travaille désormais à la section des affaires non résolues vient de se voir attribuer l'enquête sur un cas ancien : une goutte de sang datant de 89 a finalement parlé et vient d'incriminer Clayton Pell un délinquant sexuel au casier déjà bien rempli. Suffisamment pour que Bosch se fasse un plaisir de le recoller en prison. Le problème c'est que Clayton Pell avait huit ans en 1989 et ne peut donc pas être le violeur et assassin de la victime...

L'autre enquête, la mort de  George Thomas Irving, doit déterminer s'il s'agit d'un accident, d'un suicide ou d'un meurtre. C'est Irving qui a insisté pour que les investigations soient confiées à Bosch, sûr que celui-ci mènera une enquête impartiale dont l'issue ne pourra être questionnée. Chu, comme Bosch, n'est pas dupe :

"M'a tout l'air d'un truc politique à la con.

- Manigances en haut lieu.

- Ce qui veut dire?

- Confluence entre la politique et le travail de police."

Ce "high jingo" (traduit par "manigances...", et qui explique la question de Chu) va être l'occasion de nous montrer certains dessous du fonctionnement des marchés de la ville et des rapports pas toujours nets entre la police et la politique.

Toujours aussi bon, Michael Connelly parvient à faire vibrer les deux enquêtes et continue de développer le personnage de Bosch : borderline parfois mais d'une intégrité à toute épreuve, ses relations avec sa fille, ses tentatives avec une femme, etc.

Bref, Harry Bosch est un personnage en or et, dois-je l'avouer, j'ai eu peur quand, dans le roman, il hésite assez sérieusement à prendre sa retraite...

Deux enquêtes pour le prix d'une! Mais les méchants chez Connelly ne sont pas toujours ceux qu'on croit.

Pour ceux qui voudraient goûter au plaisir de lire Connelly dans le texte, sachez que le roman existe dans la très bonne collection Yes you can chez Harrap's : texte en anglais avec notes en marge pour faciliter la compréhension.

Faites l'effort : vous serez récompensés.

Signé Stéphane

Michael Connelly, The Drop, Ceux qui tombent - lecture audio par Len Cariou.

____________________

* La version du saxophoniste préféré de Harry Bosch (et de Connelly) ICI - accompagné par quelques autres géants : McCoy Tyner, Stanley Clarke, Peter Erskine et Eric Gale.

L'intérêt de Connelly pour la musique et notamment le jazz est assez clair... http://www.michaelconnelly.com/extras/music/

Commenter cet article