Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SERENDIPITY

Everybody's talking* : sur Les Conversations d'Anna Lisbeth Marek - une lecture critique de Cornélia

12 Février 2014, 19:25pm

Publié par Seren Dipity

Voici l’histoire d’une vieille femme en colère qui, le jour de l’enterrement de son mari, doit faire face aux révélations posthumes de ce dernier, révélations qui font éclater au grand jour des secrets de famille enfouis depuis si longtemps. La nature de ces secrets, il ne faut pas trop en dire, car l’auteur nous y mène habilement, par petites touches. Sans y paraître, elle captive ses lecteurs tout doucement par le récit d’une de ces amitiés inoubliables telles qu’elles ne se lient que dans la prime jeunesse et qui marquent à jamais, amitiés tantôt rêveuses, tantôt fougueuses, parfois exclusives et souvent jalouses, un amour entre deux jeunes filles qui doit faire face à l’évolution des individus en plein épanouissement et soumis à rude épreuve par les circonstances historiques. Car la jeune fille à laquelle s’attache notre narratrice de bonne famille est juive, et leur amitié naît pendant l’Occupation, c’est dire qu’il est difficile de ne pas se douter que l’histoire va mal finir.

Ce premier roman n’a pas l’ambition de réécrire l’histoire des juifs déportés de France et ne nous apporte pas de nouvelles connaissances sur la France occupée, et si l’on peut lui reprocher quelques longueurs ainsi que quelques faiblesses stylistiques (des phrases déjà entendues quelque part, une alternance de troisième et de deuxième personnes du singulier qui occasionne certaines lourdeurs), il faut néanmoins saluer un livre qui fait monter la tension de manière subtile tout en déployant une délicatesse infinie pour dépeindre l’attachement entre les deux fillettes et la complexité des personnages gravitant autour d’elles (le père de la narratrice notamment). Quand, à la fin, les pièces du puzzle s’assemblent, la violence de la trahison ne manque pas de toucher le lecteur. S’explique maintenant la virulence des propos de la veuve qui mesure d’un coup l’ampleur du mensonge sur lequel s’est construite toute sa vie.

Encore une fois c’est un roman sur une grande amitié de jeunesse, sur les secrets de famille dont la révélation fait trembler les fondements des existences construites autour d’eux, un roman aussi sur l’amertume d’une femme qui a mis sa vie entre parenthèses pour permettre à son mari de s’épanouir. Anna-Lisbeth Marek nous offre un moment de lecture agréable, et démontre sans aucun doute son réel talent de conteuse.

 

Signé Cornélia

______________________

* ICI

Commenter cet article

serendipity 15/02/2014 21:31

Doit-on réellement attendre quelque chose de la littérature? Et pourquoi, en particulier, en 2014? Combien de vraies nouveautés en littérature avez-vous eu ces dernières années? De chocs?
Pour le reste, "rédaction" - objection retenue mais le texte possède des moments de reliefs réussis.

dominique 15/02/2014 09:11

Ce livre (que j'ai justement acheté chez leclerc) n'a-t-il pas tout d'une rédaction appliquée ? On est loin de ce que l'on peut attendre de la littérature en 2014.

serendipity 14/02/2014 13:46

Cornélia est extra, c'est vrai!

jean marc 14/02/2014 11:13

extra cornelia!